Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Nombre de briques alimentaires recyclées en Europe

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Nombre de briques alimentaires recyclées en Europe

EU
Infos complementaires
Les 3 matières qui composent ses briques alimentaires, à savoir l' aluminium, le carton et le polyéthylène se trient et se recyclent.

Le nombre de briques alimentaires recyclées en Europe ne cesse de progresser et représente 412 briques par seconde. Autrement dit, 13 milliards de briques alimentaires sont recyclées chaque année en Europe.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

 

 

 Nombre de briques alimentaires recyclées en Europe

 

 

 

 

 

Recyclage des briques alimentaires

 

La brique alimentaire est un emballage recyclable, que les consommateurs doivent trier avec les autres emballages légers. Le carton des briques est utilisé par des papetiers pour produire des emballages ou des produits d’hygiène, tandis que le plastique et l’aluminium peuvent être valorisés pour la production d’énergie ou de granulés pour des applications en plasturgie (production de poteaux, bancs, etc.)

 

 

Les 3 matières qui composent ses briques alimentaires, à savoir l' aluminium, le carton et le polyéthylène se trient et se recyclent.

 

e la brique au papier essuie-tout
La fibre du carton des briques est une matière première secondaire de haute qualité pour la fabrication d’emballages et de produits d’hygiène par les papetiers. En France, les papetiers recycleurs de briques alimentaires sont Georgia Pacific, Novatissue et la papeterie de Raon.
Novatissue, filiale française du groupe papetier italien Lucart, a installé en 2010 une ligne de préparation de pâte à papier spécialement conçue pour utiliser du carton des briques alimentaires issues de la collecte sélective, développant ainsi une gamme de papiers absorbants : papier toilette, papier essuie-tout industriel et ménager, etc. D’une capacité de traitement de 35 000 tonnes de briques alimentaires par an (soit la totalité de la collecte sélective française actuelle de briques), ce système offre une solution d’envergure pour la valorisation des briques alimentaires au niveau national.
La papeterie de Raon, leader français sur le marché de l’emballage papier recyclé apte au contact alimentaire, a développé une gamme d’emballages alimentaires issus de la brique pour la restauration rapide ou le secteur de la boulangerie.
A savoir : Les fibres de la brique alimentaire ne sont pas réutilisées pour la fabrication de nouvelles briques. En effet, une fois recyclées, les fibres rétrécissent et ne peuvent plus assurer à la brique ses critères de qualité : rigidité et légèreté.
La collecte des emballages
Triés par les habitants, puis collectés dans les poubelles de tri, les emballages sont ensuite acheminés dans des centres de tri. Ces centres récupèrent les emballages de plusieurs communes ou collectivités de communes, et ont pour objectif de séparer chacun des types d’emballages : papier, carton, briques, plastiques, aluminium, etc. A la sortie des centres de tri, les briques sont acheminées vers des papetiers, en France ou en Europe, qui vont les recycler et leur donner une seconde vie. 
Le recyclage du carton
Le carton des briques alimentaires est essentiellement constitué de fibres vierges longues. Cette qualité de fibre confère d’excellentes propriétés aux produits fabriqués à partir de briques par les papetiers.
Les briques alimentaires sont plongées et malaxées dans de grandes cuves remplies d’eau appelées « pulpeurs ». Ce processus, appelé « défibrage », permet de séparer les fibres de carton du polyéthylène et de l’aluminium. A la fin de cette opération, les fibres vont se mélanger dans l’eau alors que le plastique et l’aluminium vont rester en suspension. Ce mélange eau et fibre va alors passer dans un épaississeur pour former une pâte à papier. Cette pâte sera ensuite introduite dans le processus papetier. Elle y sera égouttée et séchée pour produire des rouleaux de papier de grande largeur, qui seront ensuite coupés et préparés pour fabriquer des emballages, des essuies-tout, du papier toilette, etc..
Le recyclage du plastique et de l’aluminium
Les résidus de polyéthylène et d’aluminium récupérés à la suite du « pulpage » des fibres par les papetiers, constituent aussi une ressource exploitable. Plusieurs entreprises pratiquent déjà une valorisation de ce flux : certaines privilégient la valorisation matière (transformation des déchets de plastique et de l’aluminium en matière première secondaire), d’autres la valorisation énergétique ou encore un couplage des deux solutions (valorisation énergétique du plastique et recyclage matière de l’aluminium). 
De la brique au papier essuie-tout
La fibre du carton des briques est une matière première secondaire de haute qualité pour la fabrication d’emballages et de produits d’hygiène par les papetiers. En France, les papetiers recycleurs de briques alimentaires sont Georgia Pacific, Novatissue et la papeterie de Raon.
Novatissue, filiale française du groupe papetier italien Lucart, a installé en 2010 une ligne de préparation de pâte à papier spécialement conçue pour utiliser du carton des briques alimentaires issues de la collecte sélective, développant ainsi une gamme de papiers absorbants : papier toilette, papier essuie-tout industriel et ménager, etc. D’une capacité de traitement de 35 000 tonnes de briques alimentaires par an (soit la totalité de la collecte sélective française actuelle de briques), ce système offre une solution d’envergure pour la valorisation des briques alimentaires au niveau national.
La papeterie de Raon, leader français sur le marché de l’emballage papier recyclé apte au contact alimentaire, a développé une gamme d’emballages alimentaires issus de la brique pour la restauration rapide ou le secteur de la boulangerie.
A savoir : Les fibres de la brique alimentaire ne sont pas réutilisées pour la fabrication de nouvelles briques. En effet, une fois recyclées, les fibres rétrécissent et ne peuvent plus assurer à la brique ses critères de qualité : rigidité et légèreté.

 

 

La fibre du carton des briques est une matière première secondaire de haute qualité pour la fabrication d’emballages et de produits d’hygiène par les papetiers. En France, les papetiers recycleurs de briques alimentaires sont Georgia Pacific, Novatissue et la papeterie de Raon.

 

Les fibres de la brique alimentaire ne sont pas réutilisées pour la fabrication de nouvelles briques. En effet, une fois recyclées, les fibres rétrécissent et ne peuvent plus assurer à la brique ses critères de qualité : rigidité et légèreté.

 

 

briques alimentaires

 

La papeterie de Raon, leader français sur le marché de l’emballage papier recyclé apte au contact alimentaire, a développé une gamme d’emballages alimentaires issus de la brique pour la restauration rapide ou le secteur de la boulangerie.

 

>> Les fibres de la brique alimentaire ne sont pas réutilisées pour la fabrication de nouvelles briques. En effet, une fois recyclées, les fibres rétrécissent et ne peuvent plus assurer à la brique ses critères de qualité : rigidité et légèreté.

 

 

Novatissue, filiale française du groupe papetier italien Lucart, a installé en 2010 une ligne de préparation de pâte à papier spécialement conçue pour utiliser du carton des briques alimentaires issues de la collecte sélective, développant ainsi une gamme de papiers absorbants : papier toilette, papier essuie-tout industriel et ménager, etc. D’une capacité de traitement de 35 000 tonnes de briques alimentaires par an (soit la totalité de la collecte sélective française actuelle de briques), ce système offre une solution d’envergure pour la valorisation des briques alimentaires au niveau national.

 

 

La collecte des emballages

 

Triés par les habitants, puis collectés dans les poubelles de tri, les emballages sont ensuite acheminés dans des centres de tri. Ces centres récupèrent les emballages de plusieurs communes ou collectivités de communes, et ont pour objectif de séparer chacun des types d’emballages : papier, carton, briques, plastiques, aluminium, etc. A la sortie des centres de tri, les briques sont acheminées vers des papetiers, en France ou en Europe, qui vont les recycler et leur donner une seconde vie. 

 

Le recyclage du carton

 

Le carton des briques alimentaires est essentiellement constitué de fibres vierges longues. Cette qualité de fibre confère d’excellentes propriétés aux produits fabriqués à partir de briques par les papetiers.

 

Les briques alimentaires sont plongées et malaxées dans de grandes cuves remplies d’eau appelées « pulpeurs ». Ce processus, appelé « défibrage », permet de séparer les fibres de carton du polyéthylène et de l’aluminium. A la fin de cette opération, les fibres vont se mélanger dans l’eau alors que le plastique et l’aluminium vont rester en suspension. Ce mélange eau et fibre va alors passer dans un épaississeur pour former une pâte à papier. Cette pâte sera ensuite introduite dans le processus papetier. Elle y sera égouttée et séchée pour produire des rouleaux de papier de grande largeur, qui seront ensuite coupés et préparés pour fabriquer des emballages, des essuies-tout, du papier toilette, etc..

 

 

 

Le recyclage du plastique et de l’aluminium

 

Les résidus de polyéthylène et d’aluminium récupérés à la suite du « pulpage » des fibres par les papetiers, constituent aussi une ressource exploitable. Plusieurs entreprises pratiquent déjà une valorisation de ce flux : certaines privilégient la valorisation matière (transformation des déchets de plastique et de l’aluminium en matière première secondaire), d’autres la valorisation énergétique ou encore un couplage des deux solutions (valorisation énergétique du plastique et recyclage matière de l’aluminium). 

 

 

 

Statistiques sur les briques alimentaires (2008)

Quelques chiffres 

  • 31% des briques alimentaires sont recyclées en France
  • 51% des bouteilles en plastique sont recyclées en France
  • 72% du verre est recyclé en France
  • 75% des briques sont en carton
  • 73% des français déclarent que le verre est un matériau plus sain et plus hygiénique que les autres emballages
  • le verre est l’emballage préféré des Français (56% des sondés) devant le plastique (26%) et le carton (16%).

 

tetra pak

 

 

 

 

De la brique au papier essuie-tout

 

La fibre du carton des briques est une matière première secondaire de haute qualité pour la fabrication d’emballages et de produits d’hygiène par les papetiers. En France, les papetiers recycleurs de briques alimentaires sont Georgia Pacific, Novatissue et la papeterie de Raon.

 

Novatissue, filiale française du groupe papetier italien Lucart, a installé en 2010 une ligne de préparation de pâte à papier spécialement conçue pour utiliser du carton des briques alimentaires issues de la collecte sélective, développant ainsi une gamme de papiers absorbants : papier toilette, papier essuie-tout industriel et ménager, etc. D’une capacité de traitement de 35 000 tonnes de briques alimentaires par an (soit la totalité de la collecte sélective française actuelle de briques), ce système offre une solution d’envergure pour la valorisation des briques alimentaires au niveau national.

 

La papeterie de Raon, leader français sur le marché de l’emballage papier recyclé apte au contact alimentaire, a développé une gamme d’emballages alimentaires issus de la brique pour la restauration rapide ou le secteur de la boulangerie. (source : Alliance carton) nature

 

 

 

 

 

 

 

COMPARER :  Kilos de briques alimentaires recyclées parTetra Pak

 

 

 

 

source : Alliance carton nature - Tetra pak

 

 

 

 

 

 

 

 

Statistiques mondiales dechets et recyclage

 

 

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Repères

Statistiques mondiales temps réel
Recyclage

 

Le dossier Recyclage de consoGlobe

Recyclage


Le passage mondial à l’utilisation de lampes basse conso éviterait 470 millions t. de CO2 en 2010, soit env. 1/2 des objectifs de Kyoto

 

Que contiennent nos poubelles ?. Un océan de détritus ! On comprend mieux l'impérative nécessité du recyclage.

 

  • 29 % de déchets putrescibles
  • 25 % de papiers cartons
  • 13 % de verre
  • 11 % de plastique
  • 4 % de métaux
  • 18% de divers

 

  • Chaque jour, les Américains jettent 130 000 ordinateurs et plus de 350 000 téléphones portables, soit plus de 100 millions par an. Ce type de déchets est celui qui croît le plus vite aux Etats-Unis.

    Ces déchets contiennent du plomb, du cadnium, du mercure, du Chlorate polyvinyle, ... qui affectent la qualité les ressources en eau, l'agriculture, les sols et menancent indirectement l'alimentation.


poubelle ovetto

113 000

Selon Eco-systèmes, 113 000 tonnes de CO2 ont été évitées grâce au recyclage de 193.000 tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) recyclées entre janvier et septembre 2009 par Eco-systèmes, l'un des 4 éco-organismes de la filière DEEE.

La production de fer à partir de ferraille a permis d'éviter l'émission de 83.000 tonnes de CO2 par rapport à la production de la même quantité à partir de minerai. 30 000 t. ont été économisées par rapport à la production de métaux non ferreux.

Le verre des tubes cathodiques recyclés a permis de fabriquer 1,6 millions de nouveaux tubes. Le plastique recyclé par la filière DEEE a évité l'utilisation de 23 millions de litres de pétrole brut.

 

Les déchets électriques et électroniques dans le monde en 2014

déchets électriques

Selon Pike Research, nous produirons 74 millions de tonnes de déchets et d'équipements électriques et électroniques par an en 2014 soit 2346 kilos par secondes!

Pike Research a fait des estimations en conséquence de l'essor de la consommation en matériels électriques et électroniques.Le verdict est alarmant, notamment pour les pays émergents qui n'ont pas encore les moyens de les traiter.

Ces déchets sont hautement toxiques et pourtant ne sont pas encore collectés et retraités, malgré la législation et le financement par les consommateurs (écotaxes).

De plus dès 2018 les pays émergents produiront plus de déchets que les pays développés, ce qui est assez déroutant puisqu'ils ne sont pas encore équipés pour les traiter.

L'enfouissement n'étant pas une solution (il ne fera que contribuer à polluer les sols et les eaux souterraines), il est conseillé d'éviter la surconsommation, le gaspillage, favoriser la collecte et le recyclage et s'intéresser à des produits écoconçus.

les Déchets électriques sur consoGlobe

les DEEE en détail

 

 

prix ethique
Grand Prix Ethique 2009
décerné à consoGlobe par la Fevad

trophee economie responsable alliances

consoGlobe, Trophée de L'Economie responsable
2009 du réseau Alliances

 

 

 

 

 

 

© 2012 Planetoscope.com