Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Pêche de poissons d'eaux profondes dans le monde

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Pêche de poissons d'eaux profondes dans le monde

Infos complementaires
Selon les chiffres de la FAO, la pêche de grands fonds n'a représenté en 2001 que 280 à 320 millions , soit 0,5% du chiffre d'affaires de la pêche mondiale.

Chaque seconde plus de 472 kilos de poissons d'eaux profondes sont pêchés dans le monde. Autrement dit, la pêche en eaux profondes représente près de 15 millions de tonnes de poissons des profondeurs par an. 0,5% du chiffre d'affaires de la pêche mondiale seulement mais un désastre écologique.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

La pêche en eaux profondes

 

 

 

 

 

La pêche en eaux profondes dans le monde

 

 

Ce n'est que depuis la fin des années 80 que les poissons d'eaux profondes sont capturés en Europe, à des profondeurs comprises entre 500 et 1500 mètres.

 

 

peche eaux profondes ifremer

 Selon les chiffres de la FAO, la pêche de grands fonds n'a représenté en 2001 que 280 à 320 millions €, soit 0,5% du chiffre d'affaires de la pêche mondiale. Le total cumulé de toutes les captures mondiales atteignait près de 15 millions de tonnes (14 864 108 tonnes) en 2008.

 

La pêche en eaux profondes porte atteinte à la biodiversité et aux poissons des profondeurs et des abysses. Alors qu'elle ne représente que moins de 1% des volumes de poissons de la pêche mondiale, la pêche en eaux profondes, au chalut profond, etc endommage les écosystèmes marins et menace des espèdes de poissons des profondeurs, à la maturité sexuelle très tardive et au bord de l'extinction.

 

 

  • La pêche en eaux profondes de 1964 à 2000 : « Les pêches profondes ont contribué aux captures mondiales de poissons à hauteur de 800 000 à 1 000 000 tonnes par an. »

 

  • La pêche en eaux profondes entre 1975 et 2005 : selon le rapport MRAG sur les pêches profondes, il y a eu une croissance mondiale spectaculaire. « Les captures des pêcheries profondes ont globalement crû de 440% (eaux internationales et ZEE confondues), un chiffre à comparer avec la croissance moyenne de 47% des captures mondiales globales. »

 

 

Surpêche et disparition des poissons

 

73 %

 

73 % des poissons pêchés dans l’Atlantique Nord-Ouest appartiennent à des espèces qui vivent entre 200 et 1000 mètres de profondeur et qui ont des microplastiques dans l’estomac ! (Frontiers in Marine Science 2018).

 

 

 

La pêche en eaux profondes en Europe

 

Depuis 2003, l'Europe a instauré un système de quotas basés sur l'état des stocks estimés par le CIEM, Conseil international pour l'exploration de la mer. Pour l'année 2006, les prises autorisées ont été réduites de 20 % par rapport à celles de 2003. Selon Greenpeace, le chalutage en eaux profondes est pratiqué par une petite flotte de moins de 400 bateaux basés à 60% en Espagne (107), au Danemark (77) et en France (74).

 

Valeur des captures d’eaux profondes de l’UE en 2008

>> 121,3 millions € au total au niveau européen

  • Cernier atlantique 20 %
  • Grenadier de roche 15 %
  • Sabre noir 13 %
  • Congre commun 10 %
  • Dorade rose 10 %
  • Autres 33 %

> Total 100 %

 

 

Part dans les captures d’eaux profondes de l’UE en 2088

 

Les 10 premières nations ont capturé plus de 83% des prises mondiales.

La répartition par pays des captures d’eaux profondes a été de :

 

  • Espagne 38 %
  • France 31 %
  • Portugal 20 %
  • Autres 11 %

> Total 100 %

 

 

Quels pays pratiquent la pêche en eaux profondes

 

 

Au cours de la période 1950 2008, 52 nations ont été impliquées à des degrés très variés dans les captures d’espèces profondes :

 

  • + de 4 millions de tonnes pour la Nouvelle-Zélande

 

 

Les poissons d'eaux profondes

 

Grenadier, Sabre noir, Lingue bleue, Empereur... Ces poissons des profondeurs, hier encore inconnus des consommateurs, sont devenus courants dans les poissonneries.

 

Les espèces profondes sont généralement vulnérables à l’exploitation en raison de leur grande longévité, de leur
croissance lente et de leur reproduction tardive.

-  En 2010, les chercheurs du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) ont rappelé que 100% des captures
d’espèces profondes dans les eaux européennes se trouvaient en dehors des limites biologiques de sécurité


-  Les poissons profonds commercialisés en France sont majoritairement pêchés au chalut de fond, entre 200 et 1500 mètres
de profondeur, dans l’Atlantique Nord

Les poissons d'eaux profondes

 

Grenadier, Sabre noir, Lingue bleue, Empereur... Ces poissons des profondeurs, hier encore inconnus des consommateurs, sont devenus courants dans les poissonneries.

 

Les espèces profondes sont généralement vulnérables à l’exploitation en raison de leur grande longévité, de leur
croissance lente et de leur reproduction tardive.

-  En 2010, les chercheurs du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) ont rappelé que 100% des captures
d’espèces profondes dans les eaux européennes se trouvaient en dehors des limites biologiques de sécurité


-  Les poissons profonds commercialisés en France sont majoritairement pêchés au chalut de fond, entre 200 et 1500 mètres
de profondeur, dans l’Atlantique Nord

 

Quels poissons d'eaux profondes éviter ?

EMPEREUR (HOPLOSTETE ORANGE) Hoplostethus atlanticus, Atlantique Nord-Est (ANE) et Pacifique

GRENADIER Coryphaenoides rupestris ANE et Pacifique

DORADE SÉBASTE, Sebastes marinus, Sebastes mentella, Sebastes fasciatus, Atlantique

DORADE ROSE Pagellus bogaraveo ANE

FLÉTAN DU GROENLAND Reinhardtius hippoglossoides Atlantique Nord

FLETAN DE L’ATLANTIQUE (FLETAN COMMUN) Hippoglossus hippoglossus ANE

REQUINS PROFONDS : SIKI/SAUMONETTE, Centrophorus granulosus et squamosus, Centroscymnus coelolepis, Dalatias licha, Galeorhinus galeus, Mustelus mustelus, Squalus acanthias

GRENADIER Coryphaenoides rupestris

HOKI  Macruronus novaezelandiae, Macruronus magellanicus

LEGINE AUSTRALE Dissostichus eleginoides

SABRE NOIR Aphanopus carbo

LINGUE BLEUE Molva dypterygia

 



Signez la pétition contre la pêche en eau profonde
 

vignette_eauProfonde.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chiffres de l'eau et des océans

Statistiques mondiales Eau et Océans

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Repères

Statistiques mondiales temps réel
sur la pêche et la surpêche

 

Pêche. Depuis 2002, l’humanité consomme 145 millions de tonnes de poissons par an contre 20 millions en 1950. Retrouvez de nombreux articles sur la pêche en France et dans le monde dans notre dossier Environnement

poissons bio

1,3 million
La flotte mondiale de bateaux de pêche atteint plus de 1,3 million de bateaux en 2010, contre 600.000 en 1970.

peche et environnement

En France, il y a environ 6 400 bateaux de pêche

 

Acheter du poisson Selon la FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’agriculture, 7 des 10 plus importantes espèces de poisson sont au bord du dépeuplement total. 

Quel poisson acheter ?

guide d'achat poissons

 
>  Le guide d'achat des poissons

Lire : acheter du poisson sans nuire à la biodiversité
Thon rouge. Le thon rouge est un poisson emblématique de la Méditerranée. Mais la pérennité de ce poisson est menacée par les pratiques de pêche actuelles. Le thon rouge est chassé par des armateurs qui n'hésitent pas à dépasser les quotas qui leur sont alloués et à passer sous pavillon lybien pour échapper aux sanctions.



 

Ecolabel. Le MSC (Marine Stewardship Council) est le principal organisme en Europe qui propose une norme et une certification pour les produits de la pêche durable.

Actuellement, cet écolabel MSC est le plus en accord avec les directives de la FAO.


Désertification des océans
Le réchauffement de la surface des océans accroît leur désertification.

Depuis 1998, les « zones désertiques » de l’océan (sans algues ni poissons) ont progressé de 6,6 millions de km2 (+15%), notamment dans l’Atlantique Nord
oceans

Recettes bio. Manger mieux, c'est manger en pensant à sa santé et à l'environnement. Alors,  cuisinons équilibré et sain avec des produits bio ! Pour nous aider, notre chef a concocté des recettes bio faciles à faire, parfois surprenantes... et pour petit budget ! 

 

pêche

 

Restauration marine
Des chercheurs espagnols et anglais ont étudié 89 projets de restauration marine dans des écosystèmes variés.

Ils ont montré que la biodiversité a été renforcée en moyenne de 44%, et que des éléments utiles à l'écosystème comme l'eau, les sols ou le stockage de carbone avaient connu une amélioration de 25%.

 

 

 

Moins de poisson dans l'assiette
Si chaque Français choisit 1 fois dans l’année un produit parmi les espèces pérennes, cela aura un impact positif sur 18 000 tonnes de poisson.

achat poisson

 

E. Leclerc a arrêté la vente de 4 espèces 
  • flétan blanc (flétan de l’Atlantique), Atlantique Nord Est
  • lingue bleue,  (Atlantique Nord Est),
  • siki (requin), Atlantique Nord Est),
  • thon rouge, Atlantique Nord Est et Méditerranée)

 



consommation de poisson

© 2012 Planetoscope.com