Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Mortalité - Morts d'accidents de la route dans le Monde

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Mortalité - Morts d'accidents de la route dans le Monde

Infos complementaires
L'alcool, la vitesse, le non-port du casque ou de la ceinture de sécurité, ou le non-respect des règles de sécurité routière sont souvent à l'origine des accidents de la route.

Chaque année dans le monde, on compte 1.3 million de décès sur les routes pour 20 à 50 millions de blessés. L'OMS prévoit qu'en 2030, 2.3 millions de personnes mourront à la suite d'un accident de la route.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

La mortalité routière dans le monde

 

 


Combien de personnes meurent sur la route dans le monde ?

 

 

 

Chaque année, 1,3 million de personnes perdent la vie dans un accident de la circulation, dont 90% dans les pays en développement.

 

 

Sur le rythme actuel, la route tuera 2,4 millions de personnes en 2030. Ces accidents de la route coûtent aux pays pauvres 5% de leur PIB, privent les familles des victimes de revenus, pèsent sur les systèmes de santé, gaspillent l'éducation donnée, ...

 

Si une grande partie de ces accidents se déroulent dans des pays en développement, où l'accent n'est pas mis sur la sécurité routière, il n'empêche que beaucoup de ces accidents pourraient être évités avec le respect de certaines règles de sécurité routière est de bon sens.

 

 

Selon la Banque mondiale, les pertes économiques dues aux accidents de la route vont de 65 à 100 milliards de dollars (45 à 69 mds d'euros) soit plus que le total de l'aide au développement apportée par les pays riches.

 

Les pays où il y a le plus d'accidents de la route

 

Au Brésil, un des pays les plus dangereux de ce point de vue, ce sont 100 personnes qui perdent la vie sur les routes chaque jour. En 2008, les routes brésiliennes ont tué 36 666 personnes (autant que les passagers de 90 Boing 747) ainsi que 370 000 blessés qui ont dus être soignés pendant au moins 6 mois.  Le record du monde est détenu par la Russie avec 12 accidents pour 10 000 voitures et 35 000 morts par an.

 

 

On estime à 1.2 million le nombre de personnes qui, chaque année dans le monde, perdent la vie à la suite d'accidents de transport, dont la majorité sont des accidents de la route, et à 50 millions le nombre de personnes blessées ou handicapées (OMS, 2009a). Dans les seuls pays de l'OCDE, les accidents de transport ont fait plus de 120 000 morts en 2009 et les pays où ils ont été les plus nombreux sont les États-Unis (45 000), le Mexique (17 000), la Corée et le Japon (7 000 dans chacun de ces pays). En outre, ils ont fait 38 000 victimes dans la Fédération de Russie.
Dans beaucoup de pays, les accidents de la route constituent la principale cause de décès chez les enfants et les jeunes, particulièrement parmi les jeunes de sexe masculin. La majorité des accidents mortels concernent des voitures, mais les motocyclettes et les vélomoteurs sont les modes de transport les plus exposés au risque d'accidents mortels (OCDE/FIT, 2011).
Outre les dommages sociaux, physiques et psychologiques qu'ils causent, les accidents de transport ont un coût financier direct et indirect élevé ; d'après une estimation, ils représentent chaque année 2 % du produit national brut dans les pays très motorisés (Peden et al., 2004).
En 2009, le taux de mortalité par accident le plus élevé a été enregistré dans la Fédération de Russie et, au sein des pays de l'OCDE, au Mexique et aux États-Unis, ces taux ayant été supérieurs à 14 décès pour 100 000 habitants dans tous ces pays (Graphique 1.5.1). Les taux les plus faibles ont été observés en Islande, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, où ils se sont établis à 4 décès pour 100 000 habitants ou moins, ce qui est nettement inférieur à la moyenne de l'OCDE, égale à 8.2. Il existe un rapport de 1 à 5 entre l'Islande et le Mexique, pays de l'OCDE qui affichent respectivement le taux de mortalité par accident de transport le plus faible et le plus élevé. Les taux de décès par accident sont nettement plus élevés parmi les hommes que parmi les femmes dans tous les pays : ce taux est deux fois plus élevé pour les hommes en Nouvelle-Zélande, pays où l'écart entre hommes et femmes est le plus faible, et près de cinq fois plus élevé en Grèce et au Chili. En moyenne les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes à mourir dans un accident de transport (Graphique 1.5.1).
Une grande partie des traumatismes et de la mortalité liés à ces accidents pourrait être évitée. La sécurité routière s'est beaucoup renforcée dans de nombreux pays au cours des dernières décennies, notamment du fait de l'amélioration des systèmes routiers, de campagnes d'éducation et de prévention, de l'adoption de nouvelles lois et réglementations et de la multiplication des contrôles routiers visant à faire respecter ces lois. En conséquence, les taux de décès par accident de transport ont diminué de moitié depuis 1995 (Graphique 1.5.2). C'est en Estonie, en Islande, en Corée, au Portugal et au Japon que ce recul a été le plus marqué, les taux de mortalité ayant diminué de 60 % au moins depuis 1995, alors que le nombre de kilomètres parcourus a augmenté au cours de la même période (OCDE/FIT, 2010). Les taux de décès ont également diminué aux États-Unis mais à un rythme moindre et restent donc supérieurs à la moyenne de l'OCDE. Le Chili et la Fédération de Russie ont vu leur taux de mortalité par accident de la route augmenter fortement depuis 1995

On estime à 1.2 million le nombre de personnes qui, chaque année dans le monde, perdent la vie à la suite d'accidents de transport, dont la majorité sont des accidents de la route, et à 50 millions le nombre de personnes blessées ou handicapées (OMS, 2009a). Dans les seuls pays de l'OCDE, les accidents de transport ont fait plus de 120 000 morts en 2009 et les pays où ils ont été les plus nombreux sont les États-Unis (45 000), le Mexique (17 000), la Corée et le Japon (7 000 dans chacun de ces pays). En outre, ils ont fait 38 000 victimes dans la Fédération de Russie.

 

Dans beaucoup de pays, les accidents de la route constituent la principale cause de décès chez les enfants et les jeunes, particulièrement parmi les jeunes de sexe masculin. La majorité des accidents mortels concernent des voitures, mais les motocyclettes et les vélomoteurs sont les modes de transport les plus exposés au risque d'accidents mortels (OCDE/FIT, 2011).

 

Outre les dommages sociaux, physiques et psychologiques qu'ils causent, les accidents de transport ont un coût financier direct et indirect élevé ; d'après une estimation, ils représentent chaque année 2 % du produit national brut dans les pays très motorisés (Peden et al., 2004).

 

En 2009, le taux de mortalité par accident le plus élevé a été enregistré dans la Fédération de Russie et, au sein des pays de l'OCDE, au Mexique et aux États-Unis, ces taux ayant été supérieurs à 14 décès pour 100 000 habitants dans tous ces pays. Les taux les plus faibles ont été observés en Islande, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, où ils se sont établis à 4 décès pour 100 000 habitants ou moins, ce qui est nettement inférieur à la moyenne de l'OCDE, égale à 8.2.

 

Il existe un rapport de 1 à 5 entre l'Islande et le Mexique, pays de l'OCDE qui affichent respectivement le taux de mortalité par accident de transport le plus faible et le plus élevé. Les taux de décès par accident sont nettement plus élevés parmi les hommes que parmi les femmes dans tous les pays : ce taux est deux fois plus élevé pour les hommes en Nouvelle-Zélande, pays où l'écart entre hommes et femmes est le plus faible, et près de cinq fois plus élevé en Grèce et au Chili. En moyenne les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes à mourir dans un accident de transport  

 

 

 

Une grande partie des traumatismes et de la mortalité liés à ces accidents pourrait être évitée. La sécurité routière s'est beaucoup renforcée dans de nombreux pays au cours des dernières décennies, notamment du fait de l'amélioration des systèmes routiers, de campagnes d'éducation et de prévention, de l'adoption de nouvelles lois et réglementations et de la multiplication des contrôles routiers visant à faire respecter ces lois. En conséquence, les taux de décès par accident de transport ont diminué de moitié depuis 1995 (Graphique 1.5.2). C'est en Estonie, en Islande, en Corée, au Portugal et au Japon que ce recul a été le plus marqué, les taux de mortalité ayant diminué de 60 % au moins depuis 1995, alors que le nombre de kilomètres parcourus a augmenté au cours de la même période (OCDE/FIT, 2010).

 

 

Les taux de décès ont également diminué aux États-Unis mais à un rythme moindre et restent donc supérieurs à la moyenne de l'OCDE. Le Chili et la Fédération de Russie ont vu leur taux de mortalité par accident de la route augmenter fortement depuis 1995  (source : http://www.oecd-ilibrary.org/sites/health_glance-2011-fr/01/05/)

 

 

 

 

Les principales causes d'accidents de la route


L'accident pur et simple arrive sur la route. Un moment d'inattention, un animal qui surgit...

 

Mais bien souvent, les accidents de la route sont les conséquences de comportements humains et pour cause, ce sont bien les hommes qui dirigent ces appareils.

 

Ainsi, parmi les comportements à risques :

 

- L'alcool ou la drogue au volant qui limite l'attention et les reflexes

- Le non-port de la ceinture de sécurité

- Le non port du casque pour les cyclistes ou motards

- Le non respect des règles de sécurité routière

- L'usage du téléphone mobile au volant qui détourne l'attention

- La vitesse, qui augmente les distances de freinage et la gravité des accidents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Idée reçue. La route tue plus que la pollution...

 

 

 

 


statistiques mondiales mortalité demographie

 

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Message de : chuppa

Encore un article qui désinforme... Vous parlez de 1,3 millions de personnes mortes par ans sur les routes sans dire combien de personnes empruntent ces routes, ce n'est donc pas une statistique. Vous alignez des tas de chiffres qui ne servent à rien, vous comparez le nombre de morts entre le Brésil et la Russie sans dire le nombres d'habitants respectifs, pourquoi ne pas comparer La Russie et le Vatican? Vous parlez de 1,3 millions de personnes mortes par ans sur les routes puis plus loin dans l'article de 1,2 millions mortes sur les routes; en quelques lignes vous avez réussi à perdre 0,1 million de personne...Bravo Du coup j'imagine que tout votre site est du même acabit J'ai bien l'impression que vous desservez la cause que vous voulez défendre
Repères

 Statisques Mondiales
Mortalité

 

  

40%
Cause environnementale. Une étude de la revue Human Ecology menée en 2007 le démontre : 40% des décès dans le monde résultent de différents facteurs environnementaux, notamment les polluants chimiques, le tabac et la malnutrition.

 mégapoles mondiales

1,3 million
 1,3 million de personnes perdent la vie dans un accident de la circulation, dont 90% dans les pays en développement 
 
226 000 
Il y a environ 226 000 centenaires dans le monde en 2010. En 2050, ce nombre pourrait être multiplié par 20
74%des décès d'enfants de - de 5 ans se passent en Afrique et Asie du sud-est

99.92%
c'est le taux de crémation au Japon faute de place dans les cimetières. En France, le taux de crémation était de 32% des décès en 2011. (association française d'information funéraire)
 

70,5
L’espérance de vie moyenne mondiale est de 70,5 ans. Dans les pays riches, elle est de 76 ans. Dans les pays pauvres, elle est de 65 ans.

Ozone. Selon un rapport de l'Académie nationale américaine des sciences publié en avril 2008, les niveaux actuels de pollution à l'ozone dans l'air, mesurés aux Etats-Unis, vont probablement entraîner le décès prématuré de nombreuses personnes même si celles-ci ne sont exposées que brièvement.

5 000 000
Malnutrition.
La malnutrition est une pathologie principalement causée par l'absence d'éléments nutritifs essentiels. Entre 2 et 5 millions d’enfants malnutris meurent chaque année. 

La malnutrition est à l'origine de la moitié des décès des enfants de moins de cinq ans.

99 %
Décès maternel.
Selon un rapport de l'UNICEF ("Progrès pour les enfants"), plus de 99% des 536.000 décès maternels dans le monde en 2005 sont survenus dans des pays en développement et la moitié en Afrique sub-saharienne.

 



Le risque de décès maternel sur la vie entière est de 1 sur 22 en Afrique subsaharienne et de 1 sur 8.000 dans les pays industrialisés !

 

13,8
D’après l'Insee, les hommes vivent en moyenne 13,8 années de plus qu’en 1950 et les femmes 14,9, alors que le taux de mortalité infantile a diminué de près de 48,3‰ en France pour la même période.

mortalité
Comment faire de sa mort un acte écolo ?


84,5

L'espérance de vie à la naissance des femmes françaises a progressé de 2 mois en 2009 par rapport à 2008.

Une fille née en 2009 peut espérer vivre jusqu'à 84 ans et demi (si les conditions de mortalité à chaque âge restent identiques tout au long de sa vie à celles de 2009)

cimetière mortalité

77,8
Pour les hommes en France, l'espérance de vie à la naissance a, également, augmenté de deux mois pour atteindre 77,8 ans. Leur gain d'espérance de vie s'explique, en grande partie, par le recul de la mortalité entre 70 et 79 ans.

 

 

3,8
Avec 3,8 décès d'enfants de moins d'un an pour 1 000 naissances vivantes en 2009 en France

© 2012 Planetoscope.com