Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Diffusion de poussières par le Sahara dans l'atmosphère

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Diffusion de poussières par le Sahara dans l'atmosphère

Infos complementaires

Le Sahara est le lieu de tourbillons puissants qui envoient dans l'atmosphère 2 milliards de tonnes de poussières par an soit 63 500 kilos chaque seconde (compteur). Ils sont transportés par les vents et irriguent en permanence la forêt d'Amazonie en l'aidant à prospérer. Une fois dans l'atmosphère ces particules peu hygrophiles se combinent à d'autres composés et peuvent acquérir des propriétés pouvant rafraîchir ou bien réchauffer l'atmosphère. Plus elles sont fines, plus elles montent et plus elles se déplacent loin.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

La diffusion de poussières du Sahara vers l'Amazonie

 

Sable et poussières : le Sahara nourrit l'Amazonie !

 

 

Combien de poussières sont émises du Sahara ?

 

2 000 000 000 000 kilos/an

On sait que d'énormes quantités de matière sont transportées d'un point à l'autre du globe sous la forme de poussière voyageuse : c'est par exemple le cas de la fameuse cuvette du Bodélé, l'endroit le plus poussiéreux du monde, qui fournit l'Amazonie en quantités de sable étonnantes >

 

On estime à 2 milliards de tonnes de poussières la quantité de matière qui est amenée par les vents pour saupoudrer l'Amazonie chaque année.

 

 

50%

Près de la moitié des nutriments indispensables à la pousse des arbres et des plantes tropicales de cette zone proviennent de la zone du Bodélé près du lac Tchad.


Une fois dans l'atmosphère ces particules peu hygrophiles se combinent à d'autres composés et peuvent acquérir des propriétés pouvant rafraîchir ou bien réchauffer l'atmosphère. Plus elles sont fines, plus elles montent et plus elles se déplacent loin.


 

depression poussière bodele

La cuvette du Bodélé, l'endroit qui produit le plus de poussière au monde

 

Sable et poussières : le Sahara nourrit l’Amazonie !

 

 

700 000 t/j

Les plus grandes tempêtes de poussières peuvent apporter en une seule fois 500 000 tonnes de sables. L'hiver ce sont quelque 700 000 tonnes de poussières qui sont produits chaque jour par la minéralogie très spéciale du Bodélé.

 

Le sable du Bodélé


La dépression de Bodélé est située au fond d'un lac qui s'est desséché au court des derniers millénaires (ce qui en reste aujourd'hui forme le lac Tchad). Les organismes vivants jadis dans ce lac ont séché sous le soleil du Sahara et, après sédimentation, s'envolent aujourd'hui avec le vent vers l'Amazonie pour y nourrir la forêt.

 

0,5 %

La dépression de Bodélé ne représente que 0,2% de la superficie du Sahara ou encore 0,5% de la superficie de l'Amazonie. Il est extraordinaire qu'une si petite région soit à l'origine de l'alimentation en nutriments


La cuvette du Bodélé est coincée entre 2 formations montagneuses: le massif du Tibesti et le plateau de l'Ennedi, ayant une altitude de 2600 m et 1000 m, respectivement. Ces montagnes ont une disposition particulière: elles canalisent le vent qui atteint alors des vitesses permettant d'éroder la surface et d'emporter la poussière sur des milliers de kilomètres. Ce vent a même été baptisé: le courant-jet à basse altitude de Bodélé (traduction de Bodele Low Level Jet).


On peut d'ailleurs voir sur l'image satellite de cette région les stries causées par le vent sur la surface (cliquer sur l'image pour avoir une plus haute définition):


Image satellite de la dépression de Bodélé, du Tibesti et de l’Ennedi

La cuvette du Bodélé
source : http://ptaff.ca/blogue/2008/03/07/la_dpression_de_bodl/ 

10.000

Les plus petites poussières sont 10 000 fois plus petites qu'un cheveu : elles ne restent que quelques semaines en l'air ; mais bien plus que les plus gros grains de poussières (quelques centaines de micromètres) qui ne restent en supension dans l'atmosphère que quelques heures. Une fois dans l'atmosphère ces particules de poussières peu hygrophiles se combinent à d'autres composés et peuvent acquérir des propriétés pouvant rafraîchir ou bien réchauffer l'atmosphère. Plus elles sont fines, plus elles montent et plus elles se déplacent loin.


Ces poussières, sans qu'on en connaisse le mécanisme exact, ont une influence sur le climat notamment sur la pluviométrie et la mousson africaine.  


Les tempêtes de poussière qui soufflent font circuler des bactéries à tous les coins de la planète, mais ces vents de poussières peuvent aussi aider à atténuer le changement climatique. On peut parler du cycle de la poussière comme on parle du cycle de l'eau.


Une tempête de poussières en chine



*

 

Statistiques mondiales environnement

 

 

 

 

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Repères

Satistiques mondiales
Atmosphère

 

500
Vous avez dit Atmosphère ?
L'atmosphère terrestre entoure la planète et est composée de plusieurs couches de gaz et de particules en suspension, d'environ 500 km d'épaisseur. La densité et la température de l'atmosphère diminuent avec l'altitude.Seule la couche la plus basse de l'atmosphère (moins de 15 km), contient des êtres vivants.

Gaz à effet de serre. Les marécages représentent 6% des terres émergées et leur éventuelle disparition engendrerait une diffusion massive de CO2 dans l'atmosphère de même manière que le ferait la fonte du permafrost. En effet, les marécages recèlent environ 770 milliards de tonnes de gaz à effet de serre, presque autant que ce que contient déjà l'atmosphère terrestre.

5 140 000 000 000

99.99997% des 5 140 milliards de tonnes de notre atmosphère réside dans la zone des 100 km, au-delà de laquelle on considère être dans l’espace.

atmosphere terrestre
5 000 milliards de tonnes d'air dans une boule


Le trou de la couche d'ozone
Le trou de la couche d'ozone atteignait 6,27 millions de km2 en moyenne au cours de l'année 1982 : depuis il a continué à grandir jusquà atteindre 25,81 millions de km2 en moyenne.


Gaz à effet de serre. Les émissions de gaz à effet de serre pour l'Union européenne ont baissé de 0,3% entre 2005 et 2006 ; un bon signe suite à Kyoto et Bali

 

 

atmosphere et rechauffement
Réchauffement climatique.
Vive la pollution atmosphérique !

 

0,1 %

Les gaz à effet de serre occupent moins de 0,1 % du volume atmosphérique hors vapeur d’eau. La vapeur d’eau qui oscille entre 0,4 et 4 % est le principal gaz à effet de serre. 

 

 


Pollution atmosphérique Globalement, la qualité de l'air des villes de France s'améliore depuis 2000. Après s'être sensiblement détériorée en 2003 (avec une augmentation de 4% des concentrations de polluants), elle s'est améliorée en 2004 et 2005. En 2006, le niveau de pollution est stable par rapport à 2005 et inférieur à celui des années 2000-2002.

gaz a effet de serre
Un point sur la pollution atmosphérique

Les évolutions observées sont toutefois variables selon le type de polluant (SO2, NO2, O3, particules PM10) mais assez similaires vis-à-vis des tailles d'agglomérations considérées (petites, moyennes, grandes).

 

31%
Particules fines
Les principaux émetteurs de PM10 en France sont l'agriculture-sylviculture (31% en 2007), l'industrie manufacturière (28% en 2007) et le résidentiel-tertiaire (26% en 2007).

Le transport contribue pour 11% aux émissions de PM10, rejetées surtout par les moteurs diesel. De 1990 à 2007, les émissions totales de PM10 ont baissé de 30%. Mais la contribution relative des secteurs est variable : au cours de la même période, le transport a vu ses émissions baisser de 22%, le résidentiel-tertiaire de 46% et la transformation d'énergie de 81%.

 

39 %
Le secteur du résidentiel / tertiaire est le principal émetteur de particules fines (PM2.5) et ultrafines (PM1.0), avec 39% des émissions de PM 2.5 et 65% des PM1.0 en 2007. Ces particules sont principalement émises par la combustion du bois, du charbon et du fioul.

 

© 2012 Planetoscope.com