Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Production mondiale de coton

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Production mondiale de coton

Infos complementaires
La production mondiale de coton a été de 25,9 millions de tonnes en 2015 avec la Chine comme premier producteur (6,41 Mt.) devant l'Inde (5,32 Mt.) et les États-Unis (3,59 Mt.).

On produit environ 823 kilos de coton par seconde dans le monde, soit près de 26 millions de tonnes de coton par an (2015) malgré la tendance à la raréfaction des surfaces de culture. 80% de la production mondiale de coton sont cultivés dans l'hémisphère nord et les Etats-unis sont les premiers exportateurs de coton devant l'Inde.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

Production mondiale de coton

 

production coton

 

 

La production mondiale de coton 

 

25.965.000.000 kilos de coton / an

 

La production mondiale de coton a été de 25,9 millions de tonnes en 2015 avec la Chine comme premier producteur (6,41 Mt.) devant l'Inde (5,32 Mt.) et les États-Unis (3,59 Mt.).

La production de coton dans le monde a atteint 25,5 millions de tonnes de 2010 à 2012, avec 80 % de la production mondiale dans l'hémisphère Nord.

La production de coton a atteint un pic de production en 2004-2005 à 27 millions de tonnes avant de revenir à 26,2 millions de tonnes en 2007-2008.

 

La consommation de fil de coton représente 23,5 millions de tonnes par an. 

 

                              2009/10                2010/11               2011/12                  
 
Production de coton              21.8      25.1 27.3
Consommation de coton      24.6        24.6    25.3  millions de tonnes
Exportations mondiales          7.8        8.3     8.4  
 Stocks mondiaux de coton    8.9       9.4    11.3

 

Les Etats-Unis sont les premiers exportateurs mondiaux de coton avec 40% des ventes mondiales, devant l'Inde. 

Les productions de coton du Brésil et d'Australie sont en hausse notable notamment en réponse à la hausse structurelle des cours du coton sur les marchés mondiaux. La récolte de coton de 2010-2011 était la plus faible depuis sept ans, du fait notamment de mauvaises conditions climatiques dans plusieurs pays producteurs. En Chine, la production de coton a baissé de 18% en trois ans, obligeant le pays à importer massivement.

 

Production mondiale de coton 2010-2011 :
25,11 Mt. Dont Chine : 26%, Inde : 22%, États-Unis : 16%, Brésil : 8%, Pakistan : 8%. Prévisions 2011-2012 (janvier 2012) : 26,75 Mt.


Consommation mondiale de coton 2010-2011 :
24,89 Mt. Dont Chine : 40%, Inde : 18% ; Pakistan : 9% ; Turquie : 5 %. Prévisions 2011-2012 (janvier 2012) : 23,95 Mt.


Exportations mondiales de coton 2010-2011 :
7,77 Mt. Dont Etats-Unis : 40%, Inde : 14%, Ouzbékistan : 7%, Australie : 7%, Brésil : 6%.


Importations mondiales de coton 2010-2011 :
7,77 Mt. Dont Chine : 34%, Bangladesh : 10%, Turquie : 9%, Indonésie : 6%, Thaïlande : 5%.

 

 

 

La campagne du coton de 2011-12 : trop de stocks

 

Les cotonculteurs ont joué de malchance lors de la dernière campagne (2011-2012) : alors qu'ils avaient misé à fond sur le coton au vu des prix exceptionnels de la campagne précédente (2010-2011), les filatures asiatiques ont commencé à ralentir la cadence, lorsque le coton est sorti de terre. Résultat : les stocks mondiaux, qui étaient réduits à leur plus bas niveau depuis 15 ans fin 2010, débordent aujourd'hui, et ils ne sont pas près de dégonfler puisque la nouvelle récolte commence dans l'hémisphère Nord, soit 80 % de la production mondiale. La Chine en particulier est assise sur des stocks de fibre phénoménaux : non seulement elle a profité de la dégringolade des prix mondiaux, depuis le printemps, pour importer à tour de bras, mais elle a acheté sa production nationale pour éviter que le revenu des paysans chinois ne s'effondre. Les réserves chinoises sont une « bombe à retardement » qui empêche les cours du coton de rebondir. Or le surplus mondial de coton fibre par rapport à la demande de fil (23,5 millions de tonnes) devrait subsister en 2012-2013, malgré la baisse anticipée de la production mondiale (25,5 millions de tonnes de coton fibre). Les stocks vont donc se cumuler aux précédents, pour atteindre un niveau historique de près de 16 millions de tonnes.
Seule l'Inde pourrait modifier ce scénario et elle est coutumière du fait sur les marchés de matières premières. Deuxième exportateur mondial derrière les Etats-Unis depuis l'an dernier, elle devrait voir sa production de fibre baisser assez nettement cette année, la sécheresse et la baisse des rendements dans certaines régions s'étant ajoutée à la baisse des surfaces. Si elle décrétait un embargo ou des quotas d'exportation pour garantir un approvisionnement à son industrie textile, ce pourrait être une occasion pour les producteurs africains, qui sont sur les mêmes marchés, de tirer leur épingle du jeu. Mais New Delhi ne prendra peut-être pas le risque de voir les prix nationaux s'effondrer pour les paysans indiens

Les cotonculteurs ont joué de malchance lors de la dernière campagne (2011-2012) : alors qu'ils avaient misé à fond sur le coton au vu des prix exceptionnels de la campagne précédente (2010-2011), les filatures asiatiques ont commencé à ralentir la cadence, lorsque le coton est sorti de terre.

 

Résultat : les stocks mondiaux de cotoon , qui étaient à au plus bas niveau depuis 15 ans fin 2010, sont pléthoriques en 2012 et vont le rester car la nouvelle récolte de coton dans l'hémisphère Nord, soit 80 % de la production mondiale. La Chine en particulier est assise sur des stocks de fibre phénoménaux : non seulement elle a profité de la dégringolade des prix mondiaux, depuis le printemps, pour importer à tour de bras, mais elle a acheté sa production nationale pour éviter que le revenu des paysans chinois ne s'effondre. Les réserves chinoises sont une « bombe à retardement » qui empêche les cours du coton de rebondir.

 

Or le surplus mondial de coton fibre par rapport à la demande de fil (23,5 millions de tonnes) devrait durer en 2012-2013, malgré la baisse anticipée de la production mondiale (25,5 millions de tonnes de coton fibre). Les stocks vont donc se cumuler aux précédents, pour atteindre un niveau historique de près de 16 millions de tonnes.

 

Seule l'Inde pourrait modifier ce scénario et elle est coutumière du fait sur les marchés de matières premières. Second exportateur mondial derrière les Etats-Unis depuis l'an dernier, elle devrait voir sa production de fibre baisser assez nettement cette année, la sécheresse et la baisse des rendements dans certaines régions s'étant ajoutée à la baisse des surfaces. Si elle décrétait un embargo ou des quotas d'exportation pour garantir un approvisionnement à son industrie textile, ce pourrait être une occasion pour les producteurs africains, qui sont sur les mêmes marchés, de tirer leur épingle du jeu. Mais New Delhi ne prendra peut-être pas le risque de voir les prix nationaux s'effondrer pour les paysans indiens

 

 

coton coton

 

Production du coton et impact sur l'environnement

 


5620 L.

coton

 

Pour pousser le coton a des besoins énormes en eau :
5 260 litres pour produire un kilo de coton (source CNRS).


 Le blanchiment du coton exige fréquemment d'utiliser du chlore ou des azurants chimiques. La teinture du coton, elle, requiert souvent d'employer des métaux lourds comme du plomb ou du chrome, évidemment toxiques.


La culture du coton 

 

Le coton est une culture arable utilisée essentiellement pour ses fibres. Les graines de coton sont broyées pour produire de l'huile destinée à la consommation humaine et des tourteaux d’oléagineux destinés à la consommation animale. La production européenne de coton ne représente que 1 % de la production mondiale. 

 

24 %

La culture du coton ne représente que 2 à 3% des terres cultivées, cependant elle consomme également 24% des pesticides mondialement produits, dont certains classés par l’OMS comme « hautement dangereux » ou « extrêmement dangereux ». Par ailleurs, le blanchiment du coton exige fréquemment d'utiliser du chlore ou des azurants chimiques. La teinture du coton, elle, requiert souvent d'employer des métaux lourds comme du plomb ou du chrome, évidemment toxiques.

 

La teinture du coton, elle, requiert souvent d’employer des métaux lourds comme du plomb ou du chrome, évidemment toxiques. Un T-shirt consomme pour sa production 25 000 litres d’eau et émettait 5,2 kg de CO2 (autant que 27 km en avion) chez l’entreprise Switcher, avant qu’elle ne s’attaque au problème. Le coton biologique est moins gourmand en eau et en adjuvant chimique

 

A l'échelle internationale, le secteur du coton est dominé par la volatilité des cours de la fibre subissant deux fortes influences : le poids de la Chine dans les échanges internationaux et les subventions accordées aux producteurs des pays développés.

 

En Afrique subsaharienne, actuellement principale zone d'intervention du Cirad, le développement rural est fortement dépendant du secteur cotonnier. Le coton et les productions vivrières entrant dans l'assolement sont produits en condition pluviale stricte sur de petites exploitations familiales caractérisées par une extrême vulnérabilité.

 

Les enjeux de la production de coton

 

Les enjeux du secteur cotonnier sont importants en Afrique de l'Ouest, au Tchad et au Cameroun. En effet :

 

  • les exportations de coton contribuent significativement au PIB (de 3 % à 10 % pour le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Tchad et le Togo) : à titre d'exemple, les exportations de l'Afrique de l'Ouest atteignent 800 000 tonnes de fibre en 2006 pour une valeur de 890 millions $ US ;
  • environ 16 millions de personnes sont impliquées dans la production, la transformation et la commercialisation ;
  • la production cotonnière représente une part importante des revenus monétaires pour 2 à 3 millions d'exploitations familiales (en moyenne de l'ordre de 100 000 Francs CFA, soit 150 €, par hectare et par an).

 

 

 

La production de coton en Europe

 

Voici la synthèse de la Commission Européenne en 2013 : Au sein de l'UE, le coton est encore cultivé dans deux pays principalement: l'Espagne et la Grèce.

 

Actuellement, seuls trois États membres cultivent le coton, sur une superficie totale d'environ 300 000 ha. La Grèce est le premier pays cultivateur, avec 80 % de la superficie européenne, suivie de l'Espagne (essentiellement l'Andalousie) avec 20 %. La Bulgarie produit du coton sur moins de 1 000 ha. La production a cessé en Italie en 1991 et au Portugal en 1996.


Même si le coton représente moins de 0,2 % de la valeur de la production agricole européenne, il est très important pour les régions concernées dans les deux grands pays producteurs.


À la suite de la dernière réforme du secteur du coton, la production européenne de coton égrené a diminué, atteignant des niveaux similaires à ceux du milieu des années 80.


En 2013, la production de coton dans l'UE est estimée à moins de 300 000 t, soit 1 % seulement de la production mondiale.


La Grèce assure 85 % de la production de l'UE (avec 230 000 t), l'Espagne produisant les 15 % restants (40 000 t).


Les importations européennes de coton ont fortement diminué au cours des dix dernières années, passant de 870 000 t en 2002 à 132 000 t en 2012.


Au cours de la même période, les exportations sont restées relativement stables, avoisinant les 250 000 t par an.


Le marché de l'UE est complètement ouvert puisqu'il n'existe aucun droit à l'importation ni aucune subvention à l'exportation.

 

Politique de l'UE sur le coton


L'aide au coton a été introduite en 1981, lors de l'adhésion de la Grèce à l'Union. La politique européenne a été réformée à plusieurs reprises depuis lors, la dernière modification datant de 2006.


En 2004 et 2006, l'aide au coton a été en grande partie découplée de la production et intégrée dans le régime de paiement unique.


Le système de paiement compensatoire qui s'appliquait jusque-là a été abandonné au profit d'un soutien accordé au moyen de paiements découplés (65 % du total de l'aide existante au titre du précédent régime d'aide) associés à une aide spécifique (35 %).


Le régime actuel vise à encourager un secteur compétitif, durable et axé sur le marché, tout en respectant l'engagement juridique de soutenir «la production de coton dans des régions de la Communauté où elle est importante pour l'économie agricole».


Comme tout agriculteur, les cultivateurs de coton peuvent bénéficier d'aides directes à condition de respecter des normes strictes en matière de protection de l'environnement, de bien-être des animaux et de sécurité alimentaire («conditionnalité»); ils sont également libres de produire ce qu'ils veulent.


Grâce au système de paiements directs, les cultivateurs de coton peuvent plus facilement changer de culture ou de type de production, selon l'évolution du marché.


L'UE accorde en outre une aide spécifique au coton, qui est limitée à une certaine superficie de base par État membre.


Pour en bénéficier, les exploitants doivent cultiver le coton uniquement sur les terres agréées par les États membres, avec des variétés de semences autorisées et le coton récolté doit répondre à des critères de qualité minimum.


L'objectif de cette aide est d'éviter l'abandon de la production dans les régions où le coton est important pour l'économie agricole.


Chaque année, un maximum de 302 000 hectares (250 000 hectares en Grèce et 48 000 en Espagne) peuvent faire l'objet d'aides couplées.


(source : http://ec.europa.eu/agriculture/cotton/index_fr.htm)

 

 

 

 

        COMPARER Production mondiale de fibre de lin

 

 

statistiques mondiales matière premières

 

*

 

 


Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Repères

Satistiques mondiales
Alimentation et Agriculture

 

 

500

Les 10 plus grands groupes alimentaires sont propriétaires des 500 principales marques mondiales d’aliments et de boissons (2017)

 

 26 600
 
agriculture bio
L'agriculture bio en 2011


Début 2011, il y a avait 20.600 agriculteurs bio en France (on est passé
  de 2 à 3 % en 2 ans), + 50 % de plus par rapport à 2008

agriculture
L'électroculture pour augmenter les rendements agricoles


Bons plans alimentation. AMAP, économies d'énergie, produits bio, alimentation bébé, vaisselle écolo, barbecue écolo... : retrouvez tous nos bons plans pour manger mieux sans dépenser plus. 

alimentationbio

 

 

134 000 0000

  • En 2009, les surfaces plantées en OGM représentaient 134 millions d'hectares dans 25 pays
  • 8 pays représentent 97% des surfaces OGM
  • USA : 64 millions d'hectares en cultures génétiquement modifiées
  • Brésil : 21,4 m ha OGM

> La suite daans l'Encyclo ecolo : les OGM

agriculture

 

Dossier Alimentation bio.  Calendrier des fruits et légumes de saison, labels bio, produits bio et/ou équitables, conseils pratiques : retrouvez toutes les infos que vous devez savoir pour manger mieux dans ledossier Alimentation bio.

calendrier fruits legumes bio de saison


Annuaire des AMAP.
Les Amap sont très recherchés, d'où l'annuaire des amap de consoGlobe, le seul annuaire à couvrir tout le territoire avec une recherche des Amap par département.

amap annuaire



Recettes bio. Manger mieux, c'est manger en pensant à sa santé et à l'environnement. Alors,  cuisinons équilibré et sain avec des produits bio ! Pour nous aider, notre chef a concocté des recettes bio faciles à faire, parfois surprenantes... et pour petit budget ! 

agriculture raisonnee
L'agriculture raisonnée




Actu Alimentation.
Agriculture bio, pesticides, commerce équitable, consommation d'eau, pêche... où en est-on ? Retrouvez toute l'actualité de l'alimentation sur consoGlobe.




Commerce équitable. Les produits équitables sont un peu plus chers que leurs équivalents classiques. Ceci est lié au prix et primes supplémentaires versés aux producteurs mais aussi au fait que les filières d’approvisionnement ont souvent des volumes plus faibles. Voir notre dossier Commerce équitable

fruits et légumes commerce equitable



Boutique bio.
Manger bio ne veut pas forcément dire payer plus (voir notre enquête) ! Café, thés, chocolat, épicerie fine, goûter bio... initiez vous à des produits plus écolo et  éthiques sur la boutique consoGlobe.

 

fruits et légumes les plus pollués
Enquête :
les fruits et légumes les plus pollués


10,6
La part de l'alimentation représente 10,6 % des dépenses des ménages français en 2005 selon l'Université d'Australie occidentale et Grace Gao 2010.
  •  USA : 6,2 %
  • Japon : 12,3 %
  • Brésil : 15,5 %
  • Iran : 23,4 %
  • Chine : 24,1 %
  • Tunisie : 24,8
  • Roumanie : 25
  • Russie : 25,5
  • Inde : 33,7
  • Egypte : 41,6
    Mali : 46,7
    Arménie : 65,1
© 2012 Planetoscope.com