Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Consommation énergétique de la France

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Consommation énergétique de la France

FR
Infos complementaires
La consommation d'énergie primaire en France a été de 237,5 millions de tonnes équivalent pétrole en 2014.

La consommation d'énergie primaire en France en 2014 a été de 8 428 kilos équivalent pétrole par seconde (compteur), soit 237,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) par an. Une consommation énergétique en baisse lente mais régulière depuis 2004. La France est le 7ème consommateur mondial d'énergie.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

La consommation énergétique française

 

consommation énergie france

 

2,5 %


La France est le 7ème consommateur d'énergie au monde :
elle consomme environ 2,5% de l'énergie mondiale pour moins de 1% de la population mondiale !

 

La consommation énergétique française 

 

237 500 000 tep

 

La consommation d'énergie primaire en France en 2014 a été de 237,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) 

 

La consommation d'énergie primaire en 2013 en France est de 247,2 Mtep

La France avait consommé en 2012 l'équivalent de 244,5 millions de tonnes de pétrole (Mtep).

La France avait consommé en 2011 l'équivalent de 244 millions de tonnes de pétrole (Mtep).

La France avait consommé en 2004 l'équivalent de 263,7 millions de tonnes de pétrole (Mtep).

 

L'électricité représente presque la moitié de la consommation d'énergie française avec une tendance à la stabilité depuis quelques années du fait de la part de l'énergie nucléaire. La consommation finale d'énergie finale (utilisée par les consommateurs) représente 168 Mtep en 2011.

 

2020 : Selon les scénarios du gouvernement français, en 2020, et la consommation d’énergie primaire sera de 236.3 mégatonnes d’équivalent pétrole (Mtep).

 

Rappel : La tonne-equivalent petrole (TEP) est la mesure utilisée pour exprimer et comparer des énergies de sources différentes. Exemples : 1 tep = 1000 m3 de gaz naturel  ;  1 tep = 11600 kW 

 

Combien consomme-t-on d'énergie en France ?

 

137 500 000 tonnes d'équivalent pétrole en 2014


 

2012 :  La consommation d’énergie finale totale (corrigée des variations climatiques) s’est élevée en France à 154 Mtep en 2012, soit une baisse de 0,5 % par rapport à l’année 2011. La consommation d’énergie finale du secteur résidentiel-tertiaire représentait 44 % de la consommation totale d’énergie en France, avec 69 Mtep consommées sur un total de 154. Suivent ensuite les consommations du secteur des transports (32 %), de l’industrie (21 %) et enfin de l’agriculture (3 %).

 

2011 :  Selon le gouvernement (source site sur le débat de la transition énergétique), la consommation finale d’énergie, corrigée des variations climatiques, s’établisait à 168 millions de tonnes d’équivalent pétrole (Mtep) en 2011 en France.

 

La consommation d'énergie primaire en France en 2010 a été de 265,8 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) soit 265 millliards de kilos équivalent pétrole (comme sur le compteur), contre 251 Mtep en 2009. (source EDF et commissariat à l'énergie atomique). 

 

 

4,3 tonnes

 

La consommation d'énergie par habitant en France est dans la moyenne européenne (l'équivalent de 4,3 tonnes de pétrole par an). Elle représente 7 % des dépenses des ménages.

 

 

102 100 MW

Cconsommation électrique record : le 8 février 2012 ,  les Français ont mobilisé une puissance de 102 100 MW » à 19h) afin de satisfaire leur demande en énergie électrique.

 

 

La consommation d'énergie finale par secteur en 2011

 

 

 

2011

 

% 2010

Consommation d’énergie (industrie)

32.8 Mtep

-3.4%

Consommation d’énergie (transports)

50.0 Mtep

+1.5%

Consommation d’énergie (domestique)

50.2 Mtep

+0.6%

Consommation d’énergie (tertiaire)

18.4 Mtep

+1.6%

Consommation d’énergie (agriculture)

4.2 Mtep

-1.1%

 

Dans le secteur des transports, l’augmentation de la consommation en 2011 se démarque des baisses de ces dernières années (-1,1 % en 2009, -0,8% en 2008). La consommation 2011 fut au même niveau qu’en 2002. L’augmentation découle notamment de la reprise du fret ferroviaire : + 13,9% , puis -6,7% en 2010. Cela s’explique en partie par les grèves et les chutes de neige à la fin de 2010, ce qui conduit à la reprise au début de 2011.

 

Chiffres-clés de l'énergie

 

 

Voir : Consommation de pétrole en France

 

 

 

Evolution de la consommation par énergie

 

La consommation d'énergie primaire de la France entre 1970 et 2010 par énergie

 

La consommation totale d'électricité en 2010 en France  a été de 490 TWh ; en 20 ans, elle a presque été multipliée par 1,5.

 

Au cours de la période 1973-2011, la structure de la consommation a fortement évolué. La part du charbon est passée de 15 % à moins de 4 %, celle du pétrole de 68 % à 31 %, alors que la part du gaz était multipliée par deux (de 7 % à 15 %), et celle de l’électricité par dix (de 4 % à 44 %).

 

L'électricité représente presque la moitié de la consommation d'énergie française avec une tendance à la stabilité depuis quelques années du fait de la part de l'énergie nucléaire.

 

 

consommation de l’Allemagne décroît de 3,04 tep en 1991 à 2,83 tep en 2009 (soit -7%) et

celle de la France de 2,75 tep en 1991 à 2,61 tep en 2009 (-5%). La consommation finale de
l’Allemagne reste supérieure  à  celle  de  la  France sur  toute  la  période,  et  les  deux  ne se
rejoignent  qu’en  2001  (2,94  tep),  année  qui  constitue  probablement  le  «  peak  »
6
 de la
consommation énergétique finale pour la France, tandis qu’il se situerait en 2006 (3,05 tep)
pour l’Allemagne.
Nous verrons au chapitre suivant que, du fait du poids plus important de l’électricité dans la
consommation finale de la France, la situation s‘inverse pour la  consommation d’énergie
primaire qui est plus élevée pour la France que pour l’Allemagne.

Comparaison France / Allemagne

 

La consommation de l’Allemagne décroît de 3,04 tep en 1991 à 2,83 tep en 2009 (soit -7%) et celle de la France de 2,75 tep en 1991 à 2,61 tep en 2009 (-5%). La consommation finale de l’Allemagne reste supérieure  à  celle  de  la  France sur  toute  la  période,  et  les  deux  ne se rejoignent  qu’en  2001  (2,94  tep),  année  qui  constitue  probablement  le  «  peak  » de la consommation énergétique finale pour la France, tandis qu’il se situerait en 2006 (3,05 tep) pour l’Allemagne.

 

Du fait du poids plus important de l’électricité dans la consommation finale de la France, la situation s‘inverse pour la consommation d’énergie primaire qui est plus élevée pour la France que pour l’Allemagne.

 

La consommation énergétique finale totale par habitant est légèrement (6%) plus élevée pour l’Allemagne : 2,51 tep par hab. contre 2,36 pour la France.

 

La  consommation  par  habitant  de  produits  pétroliers  est  légèrement (5%)  plus  élevée  en France, ainsi que la consommation d’électricité par habitant, de façon plus nette (10%). La consommation de gaz, par contre, est plus élevée en Allemagne.

 

 

La consommation énergétique primaire stagne


La consommation totale d’énergie primaire, corrigée du climat, confirme sa stabilisation. Elle reste au même niveau qu’en 2007, un peu en retrait par rapport aux années 2004-2006. Avec 273,6 Mtep, elle est à peine 0,2 % au-dessus du niveau de 2002.

 

Depuis les chocs pétroliers, en 1973-1975 et 1979-1982, c’est la première fois que la consommation primaire connaît une période aussi longue sans croissance. Elle progressait de 4 Mtep par an en moyenne pendant les années 90, puis de 2 Mtep seulement en 2001 et 2002, et depuis, malgré un sursaut en 2004, elle est stable.



j'agis> Des gestes écologiques systématiques sont à définir, tels que l’utilisation d’appareils électroménagers de classe A et d’interrupteurs horaires pour éviter de faire fonctionner les appareils durant les heures creuses.

 


Répartition de la consommation d'énergie primaire en France et dans le monde


Répartition consommation énergie

>>>Sources :  AIE et Observatoire de l'énergie

 

 

 

La consommation d'électricité 

 

consommation-energie-france-secteurs

Image gouvernement : site Transition énergétique

 

La  consommation finale  d’électricité  de l’Allemagne,  de  500 TWh (milliard  de  kWh)  en 2009, n’est que de 18% supérieure à celle de la France (424 TWh).  La  répartition  de  cette  consommation  par  secteur  d’activité  montre  des  différences importantes.

 

Dans les deux pays, l’essentiel de cette consommation est le fait des secteurs résidentiel  et tertiaire, mais  pour  66%  en France  contre  52%  en Allemagne. Alors  qu’en France le secteur résidentiel seul arrive en tête avec 37% devant l’industrie à 30%, la situation est inverse en Allemagne où l’industrie consomme 43% de l’électricité finale

 

consommation électricité france


Les usages non énergétiques ont baissé


Les usages non énergétiques (gaz naturel pour la fabrication d’engrais, naphta pour les plastiques, etc.) ont, eux, nettement diminué en 2008 (- 5,2 %), victimes d’une crise qui a commencé dès le premier semestre avec l’envolée des cours du brut, puis s’est prolongée du fait de la baisse des commandes liée à la crise économique. Cette évolution a notamment abouti à la décision de Total de réduire ses « surcapacités durables » en restructurant des unités à Gonfreville et Carling.

 

Note : Depuis 2000, le bilan des échanges extérieurs de la France en matière d'énergie se fait de plus en plus lourd pour notre économie. La facture énergétique totale vis-à-vis de l'étranger était en euros courants de 23 milliards d'euros en 2003, 28 milliards en 2004 et 38 milliards € en 2005. (46 milliards € en 2006).

 

 

 

L'intensité énergétique s'améliore


L’intensité  énergétique finale, rapport  de  la  consommation  énergétique finale  au  produit intérieur brut, décroît de façon sensible (de l’ordre de 1,6% par an) pour les deux pays : de 0,131 à 0,102 tep/1000 euros pour l’Allemagne et de 0,119 à 0,092 tep/1000 euros pour la France.

 

> L’intensité  énergétique  finale  de  la  France  est  toujours  inférieure  à  celle  de l’Allemagne (valeurs très proches en  2001) et se situe à 10% en dessous en 2009

 

 

 

COMPARER  Production d'électricité solaire photovoltaïque en France

 

 



 

 

 

 

Rappel :  (Terawattheure. Le watt-heure est l'unité de mesure d'énergie correspondant à la quantité produite en 1 heure par une machine d'1 watt. 1 kilowattheure (kWh) = 1 000 Wh – 1 Mégawattheure (MWh) = 1 000 kWh – 1 Gigawattheure (GWh) = 1 000 MWh – 1 TWh = 1 000 GWh.)

 

 


sources : global-chance/org, gouvernement français, insee, SOES – bilan énergétique de la France -  Key World Energy Statistics, AIE

 

*

 

statistiques mondiales environment

 

 

 

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Message de : FEUILLARD

Bonjour, Attention à ne pas confondre énergie et puissance (comme c'est le cas dans votre premier rappel et sur de nombreux autres sites internet)! La première s'exprime en joule (J) ou en kilowatt.heure (kWh et non kW/h, soit le produit d'une puissance par une durée) ou en tep (tonne équivalent pétrole). La seconde s'exprime en watt (W) Sur le site de L'Agence Internationale de l'Energie, https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/statistics_manual_french.pdf, on trouve pages 193-194 que "[...] la tonne équivalent pétrole (tep) définie comme 41,868 gigajoules [soit 11,630 MWh = 11 630 kWh : donc, pour être complet, arrondir à 11,6 MWh est acceptable, mais pas à 11,600 MWh...]". Il faut donc revoir toutes les unités qui suivent exprimées en watt lorsqu'elles se rapportent à une énergie... Espérant avoir pu contribuer à améliorer encore un peu cet article instructif. Cordialement.
© 2012 Planetoscope.com