Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Ventes de pétards et feux d'artifices dans le monde

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Ventes de pétards et feux d'artifices dans le monde

Il se vend pour l'équivalent de 128 euros de pétards et feux d'artifice dans le monde à chaque seconde, soit l'équivalent de 4 milliards € par an. La Chine est le plus grand producteur au monde (75%), mais aussi le 1er consommateur et exportateur de feux d'artifice.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

La production mondiale de feux d'artifice 

 

 

La production de feux d'artifice et de pétards

 

 

 

La Chine compte pour environ 75 % dans la production mondiale annuelle de pétards et de feux d'artifice. La Chine est le plus grands fabricant et exportateur des feux d'artifice dans le monde.

 

La Chine est de loin le plus grand producteur au monde, consommateur et exportateur de feux d'artifice, avec une production totale en 2010 de 4,2 milliards de dollars de feux d'artifice. En 2005, la Chine a exporté pour 13 milliards de yuans (plus de 1,8 milliards de dollars américains) de feux d'artifice, dont un tiers étaient des exportations vers une centaine de pays. Cela rà 90% de la production mondiale, et 80% des échanges mondiaux de pétards et feux d'artifice. On estime que la Chine a exporté plus de 6 millions de caisses ou 120.000 tonnes de feux d'artifice vers les USA dans 2005.*

Dans les semaines qui précèdent et succèdent le chunjie, ou la fête du printemps, des milliards de feux d’artifices et de pétards détonnent à travers la Chine.

 

La Chine assure 75% de la production mondiale de pétards. Et la plupart d’entre eux sont produits à Liuyang, dans le Hunan, au centre du pays. L’année dernière, plus de 380 000 boîtes de pétards sont parties en fumée rien que dans la capitale, contre 240 000 en 2006. Une augmentation due à une tradition qui renaît de ses cendres: toute explosion avait été en effet interdite pendant 13 ans pour des questions de sécurité mais aussi de pollution atmosphérique et… sonore.

 

La tradition de faire un vacarme assourdissant pendant le Nouvel an remonterait à plus de 2000 ans. A cette époque on faisait brûler du bambou sec qui produisait un fort craquement. Puis, avec l’invention de la poudre il y a environ 1000 ans, les pétards apparaissent. But premier de la cacophonie: chasser Nian, le grand monstre qui apparaît à la fin de l’hiver. Nian s’écrit de la même façon que le mot «année». Ainsi, on chasse l’année écoulée comme on chasse le monstre qui, selon la légende peut avaler d’une bouchée toute la population du village: «Si tu sors maintenant, le Nian va te manger!», avertissent encore des grand-mères à leurs petits-enfants le soir du réveillon.


Le soir du Nouvel an Chinois c'est la moitié de la production mondiale de feux d 'artifice qui est consommée en une seule fois !

 


source : Papiers de Chine

 

Comment fonctionne un feu d'artifice ?

 


Le dispositif le plus commun des feux d'artifice est un papier ou un tube ou une enveloppe de carton remplie de combustible matériel, souvent pyrotechnique tient le premier rôle. Un certain nombre de de ces tubes ou cas sont souvent combinés afin de faire, une fois allumés, une grande variété des formes de scintillement, souvent différemment colorée. La fusée éclairante est une forme commune de pétard, bien que les premières fusées éclairantes aient été employées dedans guerre. La coquille aérienne, cependant, est l'épine dorsale de l'affichage aérien commercial d'aujourd'hui, et une plus petite version pour l'usage du consommateur est connue comme boule de festival aux Etats-Unis. Tels fusée la technologie a été également employée pour la livraison du courrier par la fusée et est employé comme propulsion pour les la plupart fusées modèles.

 


Des couleurs dans des feux d'artifice sont habituellement produites près pyrotechnique tient le premier rôle- habituellement juste appelé tient le premier rôle- qui produisent la lumière intense une fois miss à feu. Tient le premier rôle contiennent cinq types de base d'ingrédients.

    A carburant ce qui permet au tenir le premier rôle de brûler
    oxydant- un composé qui produit (habituellement) l'oxygène pour soutenir la combustion du carburant
    Couleur- production des produits chimiques
    A reliure ce qui tient le granule ensemble.
    A Donateur de chlore ce qui fournit le chlore pour renforcer la couleur de la flamme. Une partie chronomètre l'oxydant peut atteindre cet objectif.

Certains des composés couleur-producteurs plus communs sont tabulés ici. La couleur d'un composé dans un pétard sera identique que sa couleur dans a essai de flamme (montré à la droite). Non tous les composés qui produisent une flamme colorée sont appropriés pour des feux d'artifice de coloration, cependant. Les colorants idéaux produiront une couleur pure et intense quand actuel dans la concentration modérée.
Couleur     Métal     Composés d'exemple
Rouge     Strontium (rouge intense)

 

 

© Papiers de Chine
image Papiers de Chine

 

 

Lithium (rouge moyen)
    SrCO3 (carbonate de strontium)

Li2Co3 (carbonate de lithium)
Orange     Calcium     CACL2 (chlorure de calcium)
Jaune     Sodium     Nano3 (azotate de soude)
Vert     Baryum     BaCl+ (chlorure de baryum ions)
Bleu     Cuivre halogénures     CuCl2 (chlorure de cuivre), à la basse température
Pourpre     Potassium ou strontium + cuivre     KNO3 (Nitrate de potassium) ou SrCl+ + CuCl+ (Chlorure de strontium + chlorure de cuivre)
Or     Charbon de bois, fer, ou lampblack
Blanc     Titane, aluminium, ou magnésium poudres

 

Le plus lumineux tient le premier rôle, souvent appelé Le magnétique tient le premier rôle, sont remplis de combustible près aluminium. Magnésium est rarement employé dans l'industrie de feux d'artifice due à son manque de capacité de former une couche protectrice d'oxyde. Souvent un alliage des deux métaux appelés le magnalium est employé.

 

 

 

Les feux d'artifice et la Pollution

 

 

 

Les feux d'artifice produisent la fumée et époussettent peut contenir dont des résidus métal lourd, composés de soufre-charbon et quelques produits chimiques toxiques de basse concentration. Ces sous-produits de la combustion de feux d'artifice changeront selon le mélange des ingrédients d'un pétard particulier. (Le vert de couleur, par exemple, peut être produit en ajoutant les divers composés et sels de Baryum, certains dont soyez toxique, et certains dont ne sont pas.) un certain pêcheur ont noté et ont rapporté aux autorités environnementales que les résidus de pétard peuvent blesser les poissons et tout autre waterlife parce que certains peuvent contenir les composés toxiques comme antimoine sulfure. C'est un sujet de beaucoup de discussion étant donné que la pollution à grande échelle d'autres sources le rend difficile de mesurer la quantité de pollution qui vient spécifiquement des feux d'artifice. La toxicité possible de n'importe quelles retombées radioactives peut également être affectée par la quantité de poudre utilisé, le type d'oxydant, colore méthode produite et de lancement.

 

 


Les polluants des feux d'artifice soulèvent des inquiétudes en raison des risques sanitaires potentiels liés aux sous-produits dangereux. Pour la plupart des personnes les effets de l'exposition aux niveaux bas des toxines de beaucoup de périodes d'excédent de sources longues sont inconnus. Pour des personnes avec asthme ou la sensibilité chimique multiple la fumée des feux d'artifice peut aggraver des problèmes de santé existants. La pollution environnementale est également un souci parce que les métal lourd et d'autres produits chimiques des feux d'artifice peuvent souiller des approvisionnements en eau et parce que les gaz de combustion de feux d'artifice pourraient contribuer à des choses telles que les pluies acides qui peuvent causer la végétation et même les dégats matériels. Cependant, la fumée de poudre et les résidus pleins sont de base, et en tant que tels l'effet net des feux d'artifice sur les pluies acides est discutable. Le carbone utilisé dans des feux d'artifice est produit à partir du bois et ne mène pas à plus d'anhydride carbonique dans le ciel. Ce qui n'est pas contesté est que la plupart des feux d'artifice du consommateur laissent une quantité considérable de débris pleins, y compris les deux composants aisément biodégradables aussi bien que les articles en plastique

 

nondegradable. La pollution de soucis, la sûreté du consommateur, et les débris finis ont limité la vente et l'utilisation des feux d'artifice du consommateur dans beaucoup de pays. Les affichages de professionnel, d'une part, demeurent populaires autour du monde.

D'autres arguent du fait que la pollution finie de souci allégué des feux d'artifice constitue un hareng rouge, puisque la quantité de contamination à partir des feux d'artifice est minuscule par rapport aux émissions des sources telles que la brûlure des combustibles fossiles. Aux USA quelques états et gouvernements locaux limitent l'utilisation des feux d'artifice selon Acte propre d'air ce qui permet des lois concernant la prévention et la commande de la pollution atmosphérique extérieure à décréter. Peu d'entités gouvernementales, en revanche, limitent efficacement la pollution des combustibles fossiles brûlants tels que le carburant ou le charbon diesel. Seule la production d'électricité remplie de combustible par charbon est une source beaucoup plus grande de contamination de métal lourd dans l'environnement que des feux d'artifice.

 

 



Idées reçues sur les feux d'artifice

 

 

Beaucoup de journalistes et sites Web représentent mal la teneur chimique des feux d'artifice. Ceci peut être dû à l'information périmée, un manque de recherche, ou en raison du potentiel pour la prolifération rapide des inexactitudes effectives sur Internet. Plusieurs des produits chimiques utilisés dans la fabrication des feux d'artifice sont non-toxiques, alors que beaucoup plus ont un certain degré de toxicité, peuvent causer la sensibilité de peau, ou existent sous la forme de la poussière et sont de ce fait les risques d'inhalation. Encore d'autres sont des poisons si directement ingéré ou inhalé.

 


Quelques rapports sur des feux d'artifice affirment inexactement que les feux d'artifice contiennent des produits chimiques comme baryum radioactif, en effet créant retombées radioactives radioactives. Substances radioactives telles que les isotopes de baryum n'ayez aucune application dans des feux d'artifice et n'êtes pas simplement employé. Élémentaire fil, rubidium, et cadmium également ne sont pas employés dans des feux d'artifice, et leurs composés voient peu si en emploient. D'autres rapports affirment que les feux d'artifice contiennent arsenic, dioxines, ou d'autres produits chimiques extrêmement toxiques, quand en fait de tels produits chimiques ne sont pas employés dans des feux d'artifice de moderne-jour. De tels rapports sont simplement faux et sont facilement démystifiés avec l'utilisation de la chimie commune ou des textes pyrotechny, mais ceci fait peu pour arrêter la diffusion de ces inexactitudes communes.[11]




Un feu d'artifice est désormais la conclusion d'une chaîne complexe, où interviennent des fabricants, des importateurs, des transporteurs, des stockeurs… Le gros de la production mondiale étant désormais originaire de Chine, toute la difficulté est de la faire venir dans les meilleurs délais.

 

 

"Car une matière active se dégrade chimiquement avec le temps. Il s'agit d'un phénomène d'oxydoréduction des plus classiques. Les produits chinois sont certes très bon marché, mais on ne sait pas exactement combien de temps ils ont réellement passé sur le bateau, ni quand ils sont sortis de l'usine. Or, une bombe fabriquée à la mousson n'aura pas les mêmes qualités qu'une autre confectionnée à la période sèche", explique Bernard Molé, le responsable du dépôt situé au Thor. Les fabricants français ayant quasiment disparu, le Groupe F s'approvisionne pour l'essentiel chez un Espagnol, Igual, réputé pour sa gamme chromatique.

 

 


SURENCHÈRE PYROTECHNIQUE

 

 


Un feu d'artifice n'est pas seulement une affaire de salpêtre, de perchlorates ou de magnésium. C'est aussi une histoire de gros sous. Les produits chinois étant trois fois moins chers que les produits européens, un artificier aura tendance à se fournir en Asie, tout simplement pour pouvoir tirer trois fois plus de pétards pour le même prix. "Il y a toujours eu, dans ce milieu, la culture de celui qui a la plus grosse...", souligne Bernard Molé.

Le Groupe F a pris le contre-pied en optant pour des feux relativement modestes en quantité de poudre brûlée, mais assez aboutis sur le plan artistique. Ce parti pris lui sert, au passage, d'alibi environnemental (car plus on brûle de matière instable et plus on pollue). Mais ne résiste guère aux desiderata de certains commanditaires. Pour l'allumage de la vasque olympique aux Jeux de Turin en 2006, la troupe avait ainsi créé une gigantesque "vague de lumière"  formée à partir de 6 000 ordres pyrotechniques déclenchés électroniquement. Durée de l'effet : une seconde. Coût de l'opération : 200 000 euros.

Est-il nécessaire de rappeler que jouer avec le feu est dangereux et nécessite des montagnes de précaution ? "Il y a tellement de mesures de sécurité à observer que vouloir faire de l'art avec de la pyrotechnie revient à jouer du violon avec des gants de boxe", estime Christophe Berthonneau. Renouveler le genre est d'autant moins évident qu'un feu d'artifice répond à des codes, dont le plus incontournable est le bouquet final : "Il est impossible de conclure un feu d'artifice avec une respiration ou une descente, sans risquer de se faire siffler. C'est comme ça, il faut qu'il y ait cette éjaculation finale. La pyrotechnie est un endroit où les conventions ont la vie dure", reprend le patron du Groupe F.

http://www.lemonde.fr/le-monde-2/article/2008/07/11/le-feu-d-artifice-reinvente_1068557_1004868_1.html


http://www.societechimiquedefrance.fr/produit-du-jour/feux-d-artifice.html :

Le principe de base des feux d’artifice repose sur la combustion pyrotechnique de la poudre noire contenant un composé oxydant (nitrate, chlorate, perchlorate) qui libère de l’oxygène et un composé réducteur (le soufre et le carbone en mélange avec des métaux comme le silicium, le bore, le magnésium et le titane) qui sert de combustible. Les ions nitrates libèrent seulement le tiers de l’oxygène qu’ils contiennent :
2 NO3- ———> 2 NO2- + O2
Les chlorates libèrent autant d’oxygène qu’ils en contiennent :
2 ClO3- ———> 2 Cl- + 3 O2
Les perchlorates libèrent eux aussi autant d’oxygène, mais ils en contiennent plus que les chlorates :
ClO4- ———> Cl- + 2 O2

 

 

 

Les feux d’artifice émettent de la lumière selon trois phénomènes : l’incandescence, l’émission atomique et l’émission moléculaire. Il y a tout d’abord l’incandescence des particules d’oxyde métallique, formées lors de la combustion, qui va du blanc rouge (aux alentours de 1 000°C) jusqu’au blanc éblouissant (vers 3 000 °C) : on retrouve ce phénomène d’incandescence avec le magnésium.  Si l’on veut voir des gerbes de longues étincelles plutôt que des éclairs, il faut employer de plus grosses particules métalliques. Elles resteront chaudes plus longtemps que les petites particules et leur combustion se poursuivra dans l’oxygène de l’air. Il est aussi possible d’ajouter du perchlorate de potassium à la fine poudre de magnésium pour avoir une violente explosion qui accompagne l’éclair blanc.

 

 

L’explosion porte à haute température les composés métalliques qui donnent les couleurs. Pour l’émission atomique, les électrons de l’atome métallique sont excités thermiquement, ce qui leur permet de passer d’un niveau d’énergie fondamental à un état d’énergie supérieur ; au cours de leur retour vers l’état fondamental, l’énergie qu’ils avaient absorbée est émise sous forme de photons d’une longueur d’onde caractéristique de l’atome. L’atome de sodium est l’un de ceux qui émet le plus de lumière par ce mécanisme d’émission : lorsqu’il est chauffé à une température supérieure à 1 800 °C, il émet une lumière jaune orangé très intense qui tend à masquer toute autre émission atomique ou moléculaire ayant lieu en même temps.

 

 

 

 

 

 

Il existe plusieurs types de pièces pyrotechniques, chacune produisant un effet qui dépend de la composition ou de la structure de l’explosif. Les bombes, bouquets, embrasements, cascades, soleils ou le bouquet final, sont tous construits à partir du même principe. Ces pièces sont soit propulsées (fusées, à la disposition des amateurs), soit lancées par un mortier (plutôt réservé aux professionnels).

 

 

cela fait 250 ans, depuis 1739 exactement que les Ruggieri savent faire des feux d'artifice. Avec 65% du marché français, Ruggieri est n°1 en France, en Europe mais peut-être aussi dans le monde. Toutes les bombes, chandelles et autres mortiers sont fabriqués à Monteux (rachat des maisons Berthier et Fabre) , dans le Vaucluse. Ainsi, en 1986, l'usine des Confines est créée à Monteux sur un terrain de 55 ha, avec des installations modernes. En 1989, pour ses 250 ans, Ruggieri peut ainsi s'enorgueillir de dominer le marché mondial des feux d'artifice avec 65 % de la production. Le groupe français Lacroix - Ruggieri, leader européen des spectacles pyrotechniques, vient de franchir une nouvelle étape sur le marché chinois : disposant depuis 2006 d’un bureau de représentation à Shanghai, l’entreprise vient de monter sa filiale en propre. Objectif : se faire une place de choix sur un marché qui représente 50 % de la demande mondiale en spectacles pyrotechniques mais aussi le premier producteur (90 % du marché mondial !) de feux d’artifice.

 

 

 

 


Feu d'artifice, quand la magie agresse l'environnement

 

 

 

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
© 2012 Planetoscope.com