Planetoscope, statistiques mondiales écologiques en temps réel

Statistiques mondiales écologiques en temps réel*

Consoglobe

Le Planetoscope permet de mesurer les ordres de grandeurs essentiels du développement durable et de l'écologie, rapportés à la seconde

24h dans le monde
24h en France
Les cartes
Positive attitude
Noël Noël !

Dons et greffes d'organes dans le monde

Envoyer à un ami
J'affiche cette stat sur mon site !

Dons et greffes d'organes dans le monde

Infos complementaires
Environ 66 000 transplantations de reins, 21 000 transplantations de foie et de 6000 transplantations cardiaques sont effectuées annuellement au niveau mondial.

90 000 greffes et dons d'organes sont réalisés dans le monde chaque année, soit plus de 10 dons chaque heure. L'Espagne est le pays champion du monde du don d'organes. Le rein est l'organe le plus donné et transplanté.

Depuis le 1er janvier
Chargement ...
Depuis que vous êtes connecté
Chargement ...

Dons et greffes d'organes dans le monde

 

bebe-puericulture

 

 


Dons et greffes d'organes dans le monde

 

L'OMS estime à environ 90 000 le nombre de dons d'organes qui sont effectués chaque année dans le monde spoit . soit 0,0028 chaque seconde (compteur) et environ 1000 transplantations de foie et de 6000 transplantations cardiaques et 66 000 dons et transplantations de reins.

 

Environ 66 000 transplantations de reins, 21 000 transplantations de foie et de 6000 transplantations cardiaques sont effectuées annuellement au niveau mondial. 

 

En 2011, 106 879 greffes d'organes ont été réalisées dans le monde, soit 3 % de plus que l'année précédente selon le registre mondial des transplantations géré par l'Organisation Nationale des Transplantations - Organización Nacional de Trasplantes (ONT) espagnole.

 

La fédération France Adot estime à près de 10 %, chaque année dans le monde, la proportion des greffes de rein réalisées dans des conditions anormales

 

 

Dons et greffes d'organes en Europe

 


L'Europe a pour la première fois franchi la barre des 30 000 greffes (30 290) alors que le nombre des personnes en attente d'une greffe y atteignait 63 009 à fin décembre 2011, soit 1,8 % de plus en un an.

 

L'Espagne est proportionnellement la première dans ce domaine : elle a enregistré en 2011 un taux de 35,3 donneurs par million d'habitants. Le pays compte un total de 1 667 donneurs qui ont permis de réaliser 4 218 greffes, soit une hausse de 10 % (500 interventions de plus qu'en 2010).

 

 

La journée européenne du don d'organes : le 12 octobre

 

Dans la seule Union européenne, 61 000 malades attendent un don d'organe et, chaque jour, douze d'entre eux décèdent faute de transplantation. Le constat établi par la Fédération France Adot à l'occasion de la 8e Journée mondiale du don d'organes 

 

Le besoin de greffe d'organes est en croissance partout dans le monde. Le manque permanent de greffons disponibles a pour conséquence l'augmentation du nombre de patients en liste d'attente. Dans toute l'Union européenne (UE),  61,000 personnes sont en attente d'un don d'organes. Chaque jour, en moyenne, 12 personnes meurent en attente d'une greffe.

 

L'idée de cette Journée, initiée par le Conseil de l'Europe, est d'aider un Etat membre différent chaque année afin d'encourager le débat et l'information du public sur les thèmes du don d'organe, du prélèvement et de la greffe, des dispositifs légaux et médicaux et amener chacun à définir sa position sur le don d'organes et de tissus et la faire connaître à ses proches.

 

Il s'agit de sensibiliser les Etats membres à la promotion du don d'organes et à la transplantation, et  de mobiliser les hôpitaux et les professionnels sur l'identification des donneurs potentiels. C'est également l'occasion d'honorer tous les donneurs d'organes et  leurs familles et de remercier les professionnels de la transplantation à travers l'Europe dont le travail contribue à sauver  des vies et améliorer la qualité de vie de nombreuses personnes..

 

 

 

 

Dons et greffes d'organes en France

 

 

Le nombre de greffes continue à progresser en France (4 945 au total en 2011, contre 4 428 en 2006).

 

La principale modalité des prélèvements d'organes, à partir de donneurs en état de mort encéphalique, devient largement insuffisante pour couvrir les besoins toujours plus grands de greffe en reins, foies, coeurs, poumons..

 

 

Le don, le prélèvement et la greffe d'organes : une priorité nationale

 

En France, selon les chiffres de l'Agence de biomédecine, le taux de prélèvement par million d'habitants était de 23,8 en 2010 et le nombre total de greffes réalisées en 2010 était de 4 737.

 

La transplantation d'organes est une thérapie efficace de l'insuffisance organique au stade terminal et elle est largement pratiquée dans le monde. Selon l'OMS, les greffes rénales sont effectuées dans 91 pays 

 

"l'ABM réfléchit désormais à la mise en place d'un protocole équivalent pour les décès par arrêt cardiaque contrôlé. Ce dispositif concernerait des patients hospitalisés pour lesquels est envisagé un arrêt des soins, dans le cadre de la loi Leonetti. Nombre de pays européens ont déjà opté pour cette stratégie, plus facile à organiser que des prélèvements après décès cardiaque non contrôlé.

 

En 2011, les prélèvements chez des donneurs morts d'un arrêt cardiaque contrôlé ont ainsi représenté 19 % des prélèvements réalisés sur donneurs décédés en Belgique, 51 % aux Pays-Bas et 38 % au Royaume-Uni. En Espagne, leader mondial dans le domaine des transplantations, la croissance du nombre de greffes est surtout due à la progression des donneurs morts par arrêt cardiaque et des donneurs vivants, le nombre des donneurs en état de mort cérébrale restant stable, affirme le docteur Rafael Matesanz, directeur de l'organisation nationale de transplantation. "Les donneurs décédés d'un arrêt cardiaque représentent 10 % des donneurs d'organes en Espagne, 40 % à Madrid", précise-t-il.

 

Le professeur Rutger Ploeg, ancien président de la Société européenne de transplantation d'organes, est sur la même ligne. "Les décès par mort cérébrale sont en baisse, les techniques d'ingénierie tissulaire ne permettront pas d'obtenir des organes complets dans les années à venir, les décès d'origine cardiaque sont une source-clé d'organes pour les transplantations", estime-t-il.

 

"EUTHANASIES UTILITAIRES"

 

Prélever les organes de patients après un arrêt cardiaque contrôlé soulève cependant des questions éthiques et techniques, sur lesquelles les sociétés savantes d'anesthésie et réanimation ont rendu des recommandations. Sur le plan éthique, l'un des risques majeurs serait que de tels prélèvements - qui ne sont pas formellement interdits en France - soient vécus comme des "euthanasies utilitaires".

 

"Il faut expliquer aux familles que la décision d'arrêt des médicaments n'a rien à voir avec la transplantation, qu'elles ne croient pas que l'on veut stopper des soins pour récupérer des organes", insiste le professeur Ploeg.

 

Un avis partagé par le professeur Didier Dreyfuss, secrétaire de la commission d'éthique de la Société de réanimation de langue française, qui juge indispensable de "dissocier totalement l'accompagnement de la fin de la vie de la question de l'obtention des organes". "Il ne faut pas d'instrumentalisation du mourant pour en faire un donneur", ajoute-t-il.

 

Autre écueil, il est difficile de prévoir le délai de survenue du décès après l'extubation et l'arrêt des médicaments. Or la préservation des organes est d'autant plus délicate que ce temps est long. Les spécialistes rappellent d'ailleurs qu'une faible proportion de patients (de l'ordre de 1 % selon certains auteurs) survivent à l'arrêt programmé des soins.

 

Initialement opposé aux prélèvements après arrêt cardiaque contrôlé, le professeur Bruno Riou (chef du service des urgences, hôpital la Pitié-Salpêtrière, Paris) dit avoir évolué sur cette question. Sous réserve de ne pas franchir deux lignes rouges : "Ne prélever que des patients décédés, et ne rien faire pour accélérer la mort."

 

Sandrine Cabut, Le Monde" (http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/02/14/greffes-une-nouvelle-source-de-dons-d-organes_1832925_1650684.html)

 


Répartition des greffes en France en 2010

En 2011, plus de 12 000 patients ont attendu un rein, et quelque 3 000 ont été transplantés. Seulement 10 % des interventions sont faites à partir d'un donneur vivant, une proportion bien inférieure à celle d'autres pays : Royaume-Uni (38 %), Suède (45 %), Allemagne (23 %)...

 

Malgré l'élargissement des critères du don de rein de son vivant depuis la révision des lois de bioéthique en 2011, les chiffres augmentent peu, note Renaloo. L'association, qui mène une campagne de sensibilisation, se dit aussi favorable au développement des prélèvements après décès cardiaque contrôlé

 


Répartition par âge des donneurs décédés prélevés

Dons d'organes : les définitions

 

 

Une greffe est la mise en place dans le corps humain d'un organe étranger qui lui est devenu nécessaire. On parle aussi de transplantation.
On greffe :
 Pour remplacer ou suppléer un organe en défaillance sévère et irréductible,et dont la fonction est vitale.,
 Pour permettre à un malade de retrouver une existence normale.
 
Une autogreffe est une greffe dans laquelle le greffon provient du sujet lui-même. Le donneur est aussi le sujet qui va recevoir la greffe.
Une allogreffe (ou homogreffe) est une greffe faite à partir d'un donneur.
Une xénogreffe est une greffe pratiquée entre deux organismes d'espèce différente, par exemple greffe d'un organe d'animal chez l'homme. Ce type de greffe n'est pas viable à l'heure actuelle.
Une greffe est la mise en place dans le corps humain d'un organe étranger qui lui est devenu nécessaire. On parle aussi de transplantation.
Une greffe est utile :
 Pour remplacer ou suppléer un organe en défaillance sévère et irréductible,et dont la fonction est vitale.
 Pour permettre à un malade de retrouver une existence normale.
 
Une autogreffe est une greffe dans laquelle le greffon provient du sujet lui-même. Le donneur est aussi le sujet qui va recevoir la greffe.
Une allogreffe (ou homogreffe) est une greffe faite à partir d'un donneur.
Une xénogreffe est une greffe pratiquée entre deux organismes d'espèce différente, par exemple greffe d'un organe d'animal chez l'homme. Ce type de greffe n'est pas viable à l'heure actuelle.

*

 

COMPARER  : Litres de sang transitant par les reins

 

 


Résultats chiffrés sur les dons d'organes depuis 2000 (.pdf, 25 Ko) 
Sources : AFP, "Lumières et ombres du modèle espagnol de transplantation d'organes", David Rodriguez-Arias-Vailhen, Universidad de Salamanca/Université Paris-5, (document PDF)  - 
Fédération France Adot 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

Toutes les statistiques sur le corps humain

Commentaires / Ajouts

Le Planetoscope est alimenté par des bases de données du monde entier et … par vous !


Ajoutez une information, un commentaire, des précisions ou d’autres statistiques.
Repères

Statistiques mondiales
Le corps humain

 

Faits et chiffres sur le corps humain

La nourriture met 7 secondes pour aller de la bouche à l'estomac. 
Notre peau pèse 2 fois plus que notre cerveau 
Le squelette à la naissance: 350 os
Le squelette adulte: 206 os

2.000 kg
C'est la pression maximale à laquelle l'ossature peut résister.   

160.000 km
C'est la longueur totale de tous les vaisseaux sanguins d'un corps humain, Soit 4 fois le tour de laTerre

Que contient un corps humain de 70 kg ?

15,5 kg d'oxygène
12,6 kg de carbone
7 kg d'hydrogène
2,1 kg d'azote
1 kg de calcium
0,7 kg de phosphore
0,214 kg de potassium
0,175 kg de soufre
0,1 kg de sodium
0,07 kg de chlore
3 g de fer
3 g de magnésium
2 g de zinc
0,2 g de manganèse
0,15 g de cuivre
0,03 g d'iode,et des traces de cobalt, nickel, aluminium, plomb, étain, titane, fluor, brome et de l'arsenic

corps humain

Le cerveau

Le cerveau = environ 1,600 kg chez l'homme adulte (1,450 kg chez la femme)
= 14 milliards de neurones.
Chaque neurone peut être en contact avec 25 000 autres soit  1000 milliards de connexions. 
Le cerveau peut théoriquement  stocker l'équivalent de 1000 encyclopédies.

On perd environ 10 000 neurones par jour à partir de 20 ans, 50 000 à 40 ans et 100 000 à
90 ans. =>  cerveau "maigrit" au fil des ans, perdant au total quelque 300 g pour un poids moyen de 1,4 kg.

 

 

Nous dormons environ 1/3 de notre vie soit 202 300 heures ou un peu plus de 23 ans, soit environ 128 000 rêves et cauchemars.

© 2012 Planetoscope.com